Skip to main content
DERNIÈRES MISES À JOUR EN LIEN AVEC LA COVID-19

EN SAVOIR PLUS

Un projet en ligne dirigé par Concordia lutte contre l’isolement des aînés par la conversation et la création artistique et médiatique

L’initiative ELLDER du laboratoire vivant engAGE rapproche virtuellement des personnes âgées avec des étudiants et des chercheurs universitaires
3 juin 2020
|
Par Tristana Martin Rubio

engage-2-768

Face aux défis croissants auxquels font face les personnes âgées durant la crise de la COVID‑19, le Centre de recherche sur le vieillissement engAGE de Concordia travaille d’arrache-pied pour s’adapter à cette nouvelle réalité. Grâce au soutien du Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQ-S), il a relevé le défi grâce à l’initiative ELLDER (engAGE Living Lab Digital Era Response).

Dirigé par la chercheuse d’engAGE Janis Timm-Bottos, le projet du FRQ-S vise à lutter contre l’isolement social chez les personnes âgées en les réunissant dans un tiers-lieu pour discuter et s’adonner à la création artistique et médiatique.

L’initiative ELLDER – créée par la chercheuse d’engAGE Najmeh Khalili-Mahani – avait dû fermer ses locaux physiques en mars au Mail Cavendish, dans la municipalité montréalaise de Côte-Saint-Luc, en raison de la COVID-19. L’équipe d’ELLDER reste cependant résolue à poursuivre sa mission en continuant de s’adapter à la situation et en éprouvant divers moyens de stimuler l’engagement créatif, à une époque marquée par l’omniprésence des médias.

« Le projet vise à favoriser et à consolider la voie la plus rapide et sécuritaire vers le rapprochement, afin de répondre à des besoins “réels” – plutôt qu’à ceux que nous donne à imaginer notre perspective très friande de technologie », explique Najmeh Khalili-Mahani, créatrice des offres de spa numérique d’ELLDER. Ensemble, les membres de l’équipe continueront d’apprendre des aînées et aînés, et étudieront des modèles rentables et bénéfiques sur le plan de la santé pour réunir personnes âgées isolées, étudiants universitaires et chercheurs, au profit de toutes et tous.

Leo Bottos, membre fondateur du laboratoire vivant engAGE, créant de l’art hors studio au Mail Cavendish, avant sa fermeture en mars en raison de la pandémie de la COVID-19. | Photo : Janis Timm-Bottos	 Leo Bottos, membre fondateur du laboratoire vivant engAGE, créant de l’art hors studio au Mail Cavendish, avant sa fermeture en mars en raison de la pandémie de la COVID-19. | Photo : Janis Timm-Bottos

Nouvelle vague de ruches d’art numériques

Aînés et étudiants de Concordia ont lancé une nouvelle vague de ruches d’art numériques, qui ont surtout vu le jour sur Facebook. Les ruches d’art, qui suivent les principes du réseau des ruches d’art, rassemblent diverses personnes autour de la création artistique non structurée. Les versions en ligne de ces ruches d’art sont appréciées des participantes et participants en quête d’un milieu où passer du temps ensemble.

Comme tout le monde n’a pas accès à du matériel artistique, en particulier durant la pandémie, les participants sont invités à témoigner des projets auxquels ils travaillent et, au besoin, à recueillir des matières et objets du quotidien – comme du café, des épices et des boîtes de céréales – pouvant être transformés en œuvres d’art.

La championne de la communauté des vétérans Lorraine Loiselle et son conjoint, George Hill, travaillaient à un projet d’animation numérique au laboratoire vivant engAGE avant sa fermeture physique le 12 mars. Pour combattre l’isolement imposé par sa maladie chronique et faire connaître les travaux réalisés au laboratoire, Mme Loiselle a lancé une plateforme en ligne, qui est devenue le premier exemple de ruche d’art électronique spécialement conçue pour les participants du laboratoire vivant engAGE.

Lorraine Loiselle a d’ailleurs écrit aux participants sur Facebook : « L’initiative “Arts and Crafts Projects and Fun” vous met en contact avec des gens pour sortir de l’isolement. Ce groupe est né de mon besoin de sortir de chez moi quand je ne le pouvais pas; c’est pourquoi je vous rejoins par Facebook. La façon dont vous m’avez immédiatement aidée avec ma douleur, mon anxiété et mes objectifs a été extraordinaire! Notre objectif ici est de partager nos créations, de faire de la diffusion continue en direct et d’inspirer en aidant les autres et, bien entendu, en s’aidant soi-même. »  

D’autres projets populaires ont également été mis sur pied. Une équipe d’étudiants et de bénévoles de Concordia ont ainsi mis à contribution leurs compétences pour une ruche éphémère virtuelle lancée le 16 mars par Heidi Lee Smith; par ailleurs, une ruche musicale hebdomadaire est dirigée par Peter Zhuang et Marc-Alexander Chan, bénévoles étudiants de Concordia.

engage-3-768

Que nous réserve ELLDER?

Dans sa programmation, l’initiative ELLDER – qui existe depuis le 25 mai – souhaite accroître les façons créatives de rapprocher les gens grâce aux talents et aux compétences des aînés et des étudiants. Diverses séances en ligne sont offertes par les diplômées et diplômés de Concordia, notamment : « Postcards from the Kitchen », groupe axé sur le partage de recettes, la narration de contes et la cuisine, sous la direction de l’art-thérapeute Lindsay Clarke; le club de lecture « Read-whatever-you-want », avec l’artiste et art-thérapeute Cynthia Davis; une plateforme numérique de partage de littératie; et « Good Drama », organisé par la coordonnatrice d’ELLDER Sandy El-Bitar.

« Trouver de nouvelles façons de recentrer les gens dans leur corps constitue une manière amusante de se rapprocher de soi et des autres, en particulier en cette période où les mouvements sont très restreints », souligne Sandy El-Bitar, qui étudie également la thérapie par l’art dramatique à Concordia.

Grâce à une subvention du Fonds d’action en développement durable de l’Université, les vidéoconférences Zoom offrent désormais une scène qui permet aux participantes et participants de se rapprocher par l’improvisation, la narration de contes et les échanges créatifs.

« Merci de m’avoir donné l’espace pour me rappeler qui je suis, ce dont j’ai besoin et l’attention que je mérite », a ainsi témoigné un participant à une séance de théâtre.


Pour en savoir davantage, consultez la programmation sur 
Facebook.

 



Back to top Back to top

© Université Concordia