Skip to main content
DERNIÈRES MISES À JOUR EN LIEN AVEC LA COVID-19

EN SAVOIR PLUS

Tillutarniit : afficher une présence inuite à Montréal

Du 3 au 5 août aura lieu à la galerie FOFA de l’Université Concordia un festival de culture et de cinéma inuits en plein air axé sur le sentiment d’appartenance communautaire
24 juillet 2017
|
Par Ossie Michelin

La commissaire Isabella Weetaluktuk : « Quel bonheur de voir un événement destiné spécialement aux Inuits! » La commissaire Isabella Weetaluktuk : « Quel bonheur de voir un événement destiné spécialement aux Inuits! » | Photo par Ossie Michelin


ᐃᓄᒃᑎᑐᑦ (Inuktitut) 
English version

Ces jours-ci, une bannière installée bien en évidence à l’extérieur de la galerie FOFA de l’Université Concordia, au centre-ville de Montréal, attire le regard tant des Inuits que des non-Inuits. On y voit un aîné inuit qui se réchauffe les mains près du qulliq, lampe traditionnelle à l’huile de phoque utilisée par ce peuple autochtone de l’Arctique.

Écrit en français, en anglais et en écriture syllabique inuite, le texte qui accompagne l’image annonce Tillutarniit, un festival de culture et de cinéma inuits en plein air qui aura lieu du 3 au 5 août prochains dans la cour de la galerie FOFA, située au 1515, rue Sainte-Catherine Ouest.

« C’est une excellente idée d’organiser des projections en plein air. L’an dernier, beaucoup de gens qui ne faisaient que passer se sont arrêtés pour se renseigner sur les activités », affirme Isabella Weetaluktuk, coordonnatrice et commissaire de Tillutarniit.

« Nous espérons qu’il en sera de même cette année. Cette formule favorise l’accessibilité et permet au festival d’attirer des gens de tous les horizons. »
 

Marquer la ville d’une empreinte inuite

fofa-tillutarniit-620


La grande affiche suscite en outre beaucoup d’attention de la part des visiteurs inuits. Selon Mme Weetalatuk, ces derniers ne sont pas habitués à se voir représenter de manière aussi évidente au cœur du centre-ville de Montréal.

« C’est un endroit où l’on ne s’attend pas à voir une telle chose. Puis là, l’espace extérieur est investi de cette énorme bannière. Avant même que commence le festival, nous marquons la ville d’une empreinte inuite », explique-t-elle avec fierté.

« C’est important. Beaucoup d’Inuits qui ont assisté à l’événement l’an dernier nous ont remerciés d’avoir créé un espace pour eux. J’espère qu’ils reviendront cette année. Quel bonheur de voir un événement destiné spécialement aux Inuits! »

Pour Jennifer Dorner, directrice de la galerie FOFA, Tillutarniit est un des événements phares de l’année. C’est l’occasion d’ouvrir l’espace de la galerie aux Inuits, à d’autres peuples autochtones et au grand public.

« C’est une occasion exceptionnelle de jeter des ponts, de rencontrer la communauté locale et d’attirer de nouveaux publics qui, autrement, ne viendraient pas visiter cet espace », explique Mme Dorner.

« À mon avis, il est de la responsabilité de tous les espaces culturels au Canada de consacrer une partie de leur programmation aux peuples autochtones. De fait, nous nous efforçons sans cesse d’élargir ce volet de nos activités. »

 

Une image positive

Bien que Tillutarnitt soit d’abord un festival de films, Mme Weetaluktuk dit vouloir en faire un véritable événement inuit – où l’on ne se limite pas à célébrer la culture inuite et à en parler, mais où l’on y participe activement. En général, poursuit-elle, les activités du genre ont plus souvent lieu à Dorval, où vit la majorité des quelque 1 500 Inuits de la région de Montréal. Elle croit cependant qu’il est important de tenir cet événement à Concordia, au cœur de la métropole.

Chaque soirée commencera par un festin de mets traditionnels, comme le phoque, l’omble chevalier et le caribou. Après le repas, une sélection de jeux tant traditionnels que populaires chez les Inuits à l’occasion des fêtes sera proposée. Chaque soir, avant la projection des films, des artistes inuits offriront des performances musicales et de création parlée.

« Je crois que la perception qu’ont beaucoup de gens des Inuits dans la ville est tronquée, confie Taqralik Partridge, artiste de la création parlée, chanteuse de gorge et auteure, qui se produira au festival, le 4 août en soirée. Le fait que des Inuits investissent un espace dans la ville et lui donnent une teinte qui leur est propre, cela renvoie une image plus positive. »

Elle croit que les activités sociales inuites sont nécessaires pour permettre aux gens de tisser des liens et de briser la solitude à Montréal.

« Il est primordial pour les Inuits qui vivent au Sud d’avoir des rassemblements comme celui-ci. Ici, un Inuit ayant grandi dans le Nord peut facilement se sentir déconnecté de sa culture. C’est pourquoi entretenir une relation avec ses congénères est essentiel. Participer à une activité spécialement destinée aux Inuits et voir d’autres Inuits célébrer – c’est un sentiment extraordinaire. »


Le festival de films Tillutarniit
aura lieu les 3, 4 et 5 août prochains, de 8 h 45 à 23 h dans la cour extérieure de la galerie FOFA, située au 1515, rue Sainte-Catherine Ouest, sur le campus Sir-George-Williams de l’Université Concordia. Entrée libre, ouvert à tous.
 



Back to top Back to top

© Université Concordia