C’est parti pour les dix chercheurs engagés de Concordia

Suivez les efforts novateurs des doctorantes et doctorants pour promouvoir la recherche
29 mai 2017
|
Par Tatiana St-Louis

public-scholars-group-620


L’automne dernier, l’Université Concordia inaugurait son Programme des chercheuses et chercheurs engagés, une initiative de rayonnement médiatique créée par l’École des études supérieures en collaboration avec le quotidien Montreal Gazette pour permettre à des doctorants de jeter des ponts entre la recherche universitaire et le public.

Depuis janvier, dix doctorantes et doctorants sélectionnés au sein des quatre facultés de l’Université ont suivi une formation et se sont préparés à assumer pendant un an, à compter de mai 2017, le rôle de chercheurs engagés de Concordia.

Leur mission consiste à faire connaître leurs recherches par des moyens novateurs, bien souvent à des publics n’appartenant pas au milieu universitaire.

« Je suis impatiente de voir de quelle manière les étudiants utiliseront les choix qui s’offrent à eux pour incarner ce qu’un chercheur engagé peut et devrait être », explique Paula Wood-Adams, doyenne des études supérieures et instigatrice du projet.

« Ce sera passionnant de voir comment chacun et chacune tireront parti de cette occasion », ajoute-t-elle.


« Savoir communiquer est essentiel »

Pour acquérir les outils et techniques dont ils auront besoin, les chercheurs engagés ont suivi une formation de plus de 20 heures auprès de spécialistes de Concordia et d’ailleurs. Ils ont participé entre autres à des ateliers sur les relations avec les médias, les relations gouvernementales, l’étiquette et la rédaction de lettres d’opinion.

Leanne Keddie est membre de l’Ordre des comptables professionnels agréés et doctorante en administration des affaires. Elle étudie les pratiques durables en matière de rémunération des cadres supérieurs.

Elle juge inestimable la formation qu’elle a reçue.

« Pour faire connaître efficacement ses recherches, savoir communiquer est essentiel, affirme la doctorante. L’atelier sur la rédaction de lettres d’opinion m’a été particulièrement utile, car il m’a permis de comprendre comment vulgariser mon sujet de recherche. Pour susciter l’intérêt d’un large public, il faut que notre discours soit accessible. »

Les chercheurs engagés ont également visité la salle de rédaction du quotidien Montreal Gazette, où des gens du métier leur ont donné leur point de vue sur les aspects qui rendent une nouvelle intéressante.

Leur mandat comprend la publication d’au moins une lettre d’opinion dans un journal ou une publication relative à l’enseignement supérieur. Mais cela ne devrait pas poser de problème, tant ils sont impatients de s’exprimer. D’ailleurs, trois d’entre eux ont d’ores et déjà atteint cet objectif. Ainsi, Erin O’Loughlin a publié le texte « 13 Reasons Why and suicide prevention » dans le Montreal Gazette, Nadia Naffi a fait paraître le texte « Le pro hijab de Nike : catalyseur d’exclusion des musulmanes au Canada » dans La Presse, et Alexander McClelland a publié le texte « Activists disrupt the Health Minister’s speech on the overdose crisis » dans The Torontoist.


« Une excellente occasion d’élargir nos réseaux »

Pour s’adresser à un public encore plus large, les chercheurs engagés envisagent aussi de se servir activement d’Internet. En plus d’alimenter leur compte Twitter personnel, ils écriront à tour de rôle des articles qui seront publiés dans un blogue hebdomadaire prévu à cet effet.

Les personnes intéressées peuvent se rendre sur la page Web des chercheuses et chercheurs engagés de Concordia pour lire le blogue, découvrir les réalisations des étudiants et connaître les événements ainsi que les autres activités qui seront organisés tout au long de l’année.

Lucas Hof est doctorant en génie mécanique et travaille avec son équipe à concevoir les procédés de fabrication de pointe d’un modèle novateur d’usine intelligente. Il est convaincu qu’être chercheur engagé lui ouvrira des portes dans le milieu universitaire comme dans l’industrie.

« Quand on travaille avec deux nouvelles technologies, toute forme de visibilité est la bienvenue », souligne le doctorant.

« Pour moi, l’un des plus grands avantages est l’excellente occasion que ce programme nous donne d’élargir nos réseaux et de tisser des liens avec des gens qui peuvent nous mettre en rapport avec les bonnes personnes. »


Suivez les
chercheuses et chercheurs engagés de Concordia.

 



Retour en haut de page

© Université Concordia