Skip to main content
DERNIÈRES MISES À JOUR EN LIEN AVEC LA COVID-19

EN SAVOIR PLUS

5100 chercheurs, 173 colloques et 800 communications : l’Acfas arrive à Concordia

La conférence historique met l’accent sur la recherche interdisciplinaire dans les milieux universitaires
26 mai 2014
|
Par Lucas Wisenthal

6--Acfas-Jour-2-signaletique_Benevoles_Batiments_installations-12

Des chiffres impressionnants.

Entre le 12 et le 16 mai, Concordia a accueilli près de 5100 chercheurs, dont 500 sont venus de l’extérieur du Canada pour la tenue du 82e Congrès de l’Association francophone pour le savoir (Acfas), le plus grand rassemblement multidisciplinaire du savoir et de la recherche dans le monde francophone.

Durant ces cinq journées, les participants ont présenté plus de 800 communications durant 173 colloques et pour ce faire, ils ont été appuyés par un personnel formé d’environ 200 étudiants, membres du personnel et bénévoles provenant des diverses facultés.

Comme l’expliquait Louise Dandurand, la présidente de l’Acfas, cette première fut un succès majeur pour Concordia et le programme s’est avéré d’une très haute qualité.

Les colloques ont touché une variété de sujets allant de la spectrométrie de masse à la thérapie par les arts. En plus d’obtenir une couverture dans les grands médias francophones et anglophones montréalais, puisque près de 300 articles ont été publiés par de grands organes de presse comme La Presse (Make sure you add an « e » at La Presse in English), Le Devoir, The Gazette, CTV et Huffington Post Québec, les colloques ont fait parler d’eux dans les médias sociaux.

« Le colloque sur l’usage de la force par les policiers québécois a donné lieu à beaucoup de commentaires en ligne, de dire madame Dandurand, tout comme ceux sur la culture grandissante de la recherche au niveau des cégeps dans la province et ceux sur les innovations multimédias dans l’industrie du textile. »

En fait, plus de 7000 messages furent affichés en provenance de 940 comptes.

sci-media-620

Graham Carr, vice-recteur à la recherche et aux études supérieures, s’est dit fier que la conférence, que Concordia accueillait pour la première fois, ait pu faire la lumière sur autant de recherche universitaire.

« Une piste d’enquête très importante du point de vue de Concordia est la recherche sur le vieillissement et la promotion d’habitudes de vie saines et ce, à cause de la population québécoise âgée qui croît rapidement, » dit-il.

C’est pourquoi le congrès s’est terminé par une table ronde publique sur le sujet, dirigée par le professeur Louis Bherer, directeur du Centre scientifique PERFORM et par le professeur de science politique Patrik Marier.

« Cette activité a véritablement mis en lumière comment Concordia, une université qui n’a pas de faculté de médecine, peut contribuer à inspirer la recherche en santé au Canada, » de conclure monsieur Carr.

Pour de nombreux chercheurs concordiens, la conférence représentait aussi l’occasion de renforcer les liens qui les unissent à d’autres chercheurs et de rencontrer de nouveaux collègues.

« Certains membres de nos facultés et de nos centres de recherche tirent de grands avantages de collaborations inter-institutionnelles avec des partenaires partout au Québec et ailleurs dans le monde francophone, de souligner monsieur Carr, et les colloques auxquels ils ont participé durant l’Acfas leur ont permis de revoir leurs collègues venus de tous ces endroits. »

Les étudiants, qui représentaient environ 40 p. cent des participants au congrès de l’Acfas cette année, ont aussi pu établir d’importants contacts au sein de la communauté de la recherche. Pour de nombreux doctorants et candidats à la maîtrise, ce fut véritablement la première occasion qui leur était donnée de présenter leurs travaux dans un environnement professionnel.

« Ce fut un important jalon dans le développement de leur carrière, » a conclu Graham Carr.

Madame Dandurand s’est aussi dite impressionnée par l’engagement de Concordia, qui a voulu inclure toute la communauté du grand Montréal. Ainsi, en plus de la conférence de clôture présentée par messieurs Bherer et Marier, le public a pu participer à 16 activités gratuites, y compris une conférence sur le cinéma avec Kim Nguyen (B-A 97, Production cinématographique), metteur en scène du film Rebelle, mis en nomination pour un Oscar en 2012; la présentation d’un jeu vidéo indépendant; et une visite de découverte du patrimoine bâti du quartier Concordia, au centre-ville de Montréal.

« Quelle belle idée que de tenir ces deux activités liées de si près aux arts médiatiques et à notre ville, » mentionnait madame Dandurand en ajoutant que cet aspect avait aussi été mis de l’avant tout au long du congrès de l’Acfas.

« Le fait qu’il soit tenu à Concordia signifie que le congrès a mis l’accent sur la création et la créativité, et qu’il était imprégné d’une sensibilité toute urbaine, a-t-elle conclu en ajoutant : « Ce fut véritablement la signature du congrès de cette année.»


Découvrez pourquoi Michael Sabia, le président honoraire de l’Acfas, a déclaré que le Québec avait besoin de plus d’entrepreneurs.

 



Back to top Back to top

© Université Concordia