Skip to main content
DERNIÈRES MISES À JOUR EN LIEN AVEC LA COVID-19

EN SAVOIR PLUS

Communiqué de presse

Calmer l’anxiété

Des chercheurs de l’Université Concordia facilitent les traitements en santé mentale des personnes qui en ont le plus besoin

450715515

Montréal, le 18 mai 2016 Le trouble anxieux et les pathologies qui s’y rattachent, comme le trouble obsessionnel compulsif (TOC), comptent parmi les problèmes de santé mentale les plus courants. Au moins un Canadien sur quatre connaîtra un trouble anxieux dans sa vie.

Bien qu’il existe des thérapies efficaces contre ces affections souvent invalidantes, nombre de personnes atteintes les trouvent difficiles à entreprendre ou à mener à bien. C’est pourquoi des chercheurs de l’Université Concordia ont voulu faciliter le traitement pour ceux et celles qui en ont le plus besoin.

Les résultats des travaux de Hannah Levy et d’Adam Radomsky, chercheurs en psychologie à Concordia, ont été publiés récemment dans le Journal of Anxiety Disorders et paraîtront également sous peu dans la revue Cognitive Behaviour Therapy. Selon leur étude, les comportements que les gens utilisent pour éviter l’anxiété peuvent faire partie d’un traitement efficace. De plus, les patients ont un rôle important à jouer dans la décision de cesser ces comportements lorsqu’ils ne sont plus nécessaires.

M. Radomsky et Mme Levy s’intéressent en particulier aux comportements sécurisants, c’est-à-dire les choses que l’on fait pour diminuer son anxiété, comme porter des gants lorsqu’on touche des objets sales, éviter le contact visuel lors d’interactions stressantes, ou encore détourner son attention quand on fait quelque chose qui nous effraie. Ces comportements renforcent le sentiment de sécurité dans des situations propices à l’anxiété.

« Les psychologues ont longtemps pensé que pour contrer le trouble anxieux, la thérapie devait être axée sur l’atténuation, voire l’élimination, de ces comportements. Or, nous avons découvert qu’il est bien plus efficace de changer ces comportements et de donner aux patients un plus grand pouvoir d’action », explique Adam Radomsky, auteur en chef de l’étude et professeur au Département de psychologie de Concordia.

Lui et sa collègue ont observé 157 participants qui présentaient divers degrés d’anxiété, allant d’un niveau faible à un diagnostic de TOC. Ceux-ci devaient remplacer d’anciennes habitudes par de nouveaux comportements afin d’éviter l’anxiété durant une séance de thérapie d’exposition. Dans ce type de séance, le thérapeute expose le sujet aux objets que ce dernier redoute ainsi qu’à des situations sans danger.

Les chercheurs ont noté que le recours à de nouveaux comportements sécurisants en thérapie d’exposition aidait un peu plus les participants que leurs comportements sécurisants habituels ou typiques.

Par ailleurs, selon leurs observations, pour diminuer le recours aux comportements sécurisants, il est primordial de laisser le client ou le patient décider du moment où il est prêt à le faire.

« Cette méthode diffère de l’approche courante. En effet, les thérapeutes encouragent généralement la suppression des comportements sécurisants dès le début de la thérapie, ce qui entraîne souvent un abandon ou un refus du traitement. Lorsque de bonnes conditions sont établies, les comportements de sécurité peuvent accroître l’efficacité et l’acceptabilité d’une thérapie », ajoute Hannah Levy, qui a récemment soutenu sa thèse de doctorat en psychologie à Concordia et recevra son diplôme cet été.    

Selon le professeur Radomsky, titulaire de la chaire de recherche de l’Université Concordia sur l’anxiété et les troubles connexes, les résultats de l’étude pourraient aider les thérapeutes à optimiser leur approche en l’adaptant à chaque patient.

« Nous espérons que notre découverte permettra de réduire le nombre de refus ou d’abandons de thérapies cognitivo-comportementales, et que davantage de patients obtiendront l’aide dont ils ont besoin. »

Partenaires de recherche

Cette étude a été réalisée en partie grâce au Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies et aux Instituts de recherche en santé du Canada.


Source

Fiona Downey
Fiona Downey
Public Affairs
514-848-2424, ext. 2518
Fiona.Downey@concordia.ca
@fiodow



Back to top Back to top

© Université Concordia