Skip to main content

Faites connaissance avec Samantha Nutt, lauréate de la médaille Loyola

La cérémonie de remise aura lieu le 28 novembre au campus Loyola de Concordia
17 octobre 2019
|
Par Ian Harrison, BComm 00

Samantha Nutt Photo par Dustin Rabin

La travailleuse humanitaire Dre Samantha Nutt a été désignée 22e lauréate d’une des plus importantes distinctions de l’Université Concordia – la médaille Loyola. Le 28 novembre prochain, elle recevra la prestigieuse décoration précédemment conférée à Clara Hughes, à Roberta Bondar et à Roméo Dallaire.

Créée en 1963 par l’Association des diplômés de Loyola pour rendre hommage à d’éminents Canadiens et Canadiennes, la médaille Loyola a été décernée pour la première fois à Georges P. Vanier, B.A. 1906, ancien gouverneur général et diplômé du Loyola College. Depuis, les lauréats et lauréates partagent une qualité décisive : un engagement à faire progresser l’humanité.

« La médaille Loyola existe pour célébrer des pionniers et pionnières comme Samantha Nutt, explique Graham Carr, recteur et vice-chancelier par intérim de Concordia. Au nom des 220 000 diplômés, des 50 000 étudiants et des 7 000 professeurs et employés de l’Université, nous sommes très fiers d’honorer les réalisations transformatrices de cette travailleuse humanitaire. »

La remise de la médaille Loyola

Jeudi 28 novembre 2019
Joignez-vous à nous pour la cérémonie

Une intervention de première ligne

Samantha Nutt est une humanitaire primée, auteure de best-sellers et conférencière acclamée. Avec une carrière qui s'étend sur plus de deux décennies et des dizaines de zones de conflit, Samantha Nutt a fait preuve d'un courage et d'une vision hors du commun, et son travail international a bénéficié à des millions d'enfants affectés par la guerre dans le monde. Nommée Jeune leader mondiale par le Forum économique mondial et reçue membre de l’Ordre du Canada en 2011, la docteure en médecine et fondatrice de War Child Canada et de War Child USA a consacré une grande partie de sa vie aux enfants mis en danger par la guerre. Samantha Nutt est ravie d’être accueillie dans la grande famille des lauréats de la médaille Loyola et des membres de l’Université Concordia.

« Cet honneur me touche profondément », affirme la native de Toronto.

Elle est régulièrement invitée à parler d’affaires étrangères à l’émission The National sur les ondes de la CBC, et ses articles ont été publiés entre autres par le Globe and Mail, le Toronto Star, le National Post, Maclean’s et Reuters. Sa conférence TED de 2015 sur le commerce mondial des armes a par ailleurs été vue par des millions de personnes.

Salué unanimement par les critiques, son premier livre, Damned Nations: Greed, Guns, Armies and Aid (Signal, 2011), a été un succès de librairie à l’échelle nationale. Qualifié de « brillant pamphlet polémique » par la Literary Review of Canada, l’ouvrage synthétise les expériences que Samantha Nutt a vécues en tant que soignante sur le terrain dans des régions déchirées par la guerre.

« On n’est plus la même personne après avoir vécu la réalité de la guerre. »

Au moment de son admission à la faculté de médecine de l’Université McMaster dans les années 1990, Samantha Nutt avait déjà beaucoup réfléchi aux rapports entre les domaines de la santé et des droits de la personne. C’est d’ailleurs ce qui l’a incitée à s’inscrire – après avoir obtenu son diplôme de médecine – à l’Université de Londres, où elle a décroché une maîtrise en santé publique.

« J’y ai été recrutée par l’UNICEF pour travailler sur la santé des femmes en Somalie, relate Samantha Nutt. Cette expérience m’a incitée à m’interroger sur ce à quoi pourraient ressembler des réactions efficaces aux conflits armés. On n’est tout simplement plus la même personne après avoir vécu la réalité de la guerre. »

Depuis, la conception générale de l’aide internationale a évolué. Autrefois axée sur l’intervention d’urgence, elle met aujourd’hui l’accent sur la collaboration et l’établissement de partenariats avec des intervenants locaux. « Telle est la mission de War Child, précise Samantha Nutt. Bâtir des milieux plus sécuritaires pour les enfants, et donner accès à la justice, à l’éducation et à d’autres ressources afin que les communautés touchées puissent se reconstruire. »

« Notre développement suit l’immensité des besoins »

Les préoccupations actuelles de Samantha Nutt comprennent la crise des réfugiés en Ouganda, où s’amassent des milliers de personnes ayant fui la guerre et la violence au Soudan du Sud et en République démocratique du Congo. War Child y a lancé des programmes qui facilitent l’enseignement accéléré dans les camps de réfugiés. La travailleuse humanitaire ajoute que les besoins sont également urgents au Yémen, en Syrie et pour les réfugiés rohingya au Bangladesh.

« Ce qui était une approche simple et altruiste à l’égard des catastrophes humaines s’est transformé en une réflexion plus holistique et stratégique sur la manière de bâtir des sociétés meilleures et de réduire les risques de guerre », observe-t-elle.

« Samantha Nutt met en pratique les principes de Saint-Ignace dont s’inspire la médaille : souci pour autrui, respect de l’individu et dévouement », résume John Limeburner, B. Comm. 1968, président de la section fondatrice des diplômés du Loyola College et président du comité de sélection.



Retour en haut de page

© Université Concordia