Concordia University

https://www.concordia.ca/content/shared/fr/actualites/bureaux/avancement/2019/10/15/l-ecole-des-etudes-irlandaises-celebre-son-10e-anniversaire.html

L’École des études irlandaises célèbre son dixième anniversaire

« Considérée comme l’un des principaux centres universitaires du monde consacrés à l’étude de l’Irlande »
15 octobre 2019
|
Par Richard Burnett, BA 88

L’École des études irlandaises de l’Université Concordia a reçu une promesse de don de 4 millions de dollars de la Fondation canadienne d’études irlandaises pour appuyer la recherche et les bourses d’études. L’École des études irlandaises, qui célèbre son dixième anniversaire, élargit les possibilités de carrière en explorant l’Irlande et sa diaspora dans le contexte des enjeux actuels sur le plan national et international. Chaque contribution à la Campagne pour Concordia : Place à la nouvelle génération voit le talent et les idées créer l’impact en recherche pour répondre aux plus grandes questions de notre époque.

Michael Kenneally Michael Kenneally, directeur et cofondateur de l’École des études irlandaises

Réputée internationalement, l’École des études irlandaises de l’Université Concordia célèbrera son dixième anniversaire cet automne. Créée en 2009 avec le soutien financier conjoint de Concordia et de la Fondation d’études canado-irlandaises, l’école propose divers programmes d’études – une majeure, une mineure et un certificat en études irlandaises ainsi que des cursus aux cycles supérieurs – axés sur l’histoire complexe et la riche culture de l’Irlande.

« L’école incarne la longue tradition de racines irlandaises qui, ancrées à Concordia, remontent à Loyola. Elle met l’accent sur deux aspects : d’une part, les contributions de la diaspora irlandaise à Montréal, au Québec et au Canada et, d’autre part, l’histoire et la culture irlandaises », souligne Michael Kenneally, cofondateur et directeur de la première école du genre au Canada.

M. Kenneally assure également les fonctions de consul général honoraire d’Irlande à Montréal depuis 2002, et a été président de la Société Saint-Patrick de Montréal.

Selon lui, « en raison de la trajectoire unique de son histoire – que ce soit la colonisation, la famine, le nationalisme culturel, les tentatives de préservation linguistique, les rébellions, la guerre civile, la partition, la paix ou la réconciliation –, l’Irlande aborde tout un éventail d’enjeux qui résonnent dans de nombreux autres pays du monde entier. L’étude de l’Irlande revient donc à se brancher sur un grand nombre d’enjeux contemporains et internationaux, comme la partition en Corée. Même s’il s’agit d’un petit pays, l’Irlande constitue une étude de cas instructive qui donne de nouvelles perspectives sur des questions d’envergure. »

Unité d’enseignement de la Faculté des arts et des sciences, l’école propose 25 cours dans une douzaine de disciplines. Michael Kenneally précise qu’environ 1 200 étudiants et étudiantes s’y inscrivent chaque année universitaire.

« Quand l’école a été créée, nous avions conscience qu’elle ne soulèverait jamais plus qu’un modeste intérêt. Notre objectif était d’atteindre 60 étudiants inscrits annuellement à la majeure en études irlandaises, et cette année, nous en avons presque cent. Nous avons donc dépassé notre objectif fixé lorsque la majeure a été approuvée par le gouvernement du Québec, en 2012. »

L’École des études irlandaises a été la première du Canada à proposer des cours dans le cadre d’une majeure. Elle s’est également démarquée en créant en 2009 la chaire Johnson en études canado-irlandaises au Québec, nommée en hommage aux membres de la famille Johnson qui ont été premier ministre, soit Daniel Johnson (père) et ses deux fils, Daniel (fils) et Pierre-Marc. En août 2009, le professeur Gearóid Ó hAllmhuráin a été nommé titulaire inaugural de la chaire Johnson.

Michael Kenneally met en lumière les réalisations de ses étudiants et de leurs professeurs.

« Nous sommes très fiers de nos étudiants et étudiantes, avance-t-il. Ceux du premier cycle ont poursuivi sur leur lancée aux cycles supérieurs à Concordia; ils ont reçu des bourses de recherche et d’études, et notre réputation internationale a connu une croissance exponentielle au cours des dix dernières années. L’école est désormais considérée comme l’un des principaux centres universitaires du monde consacrés à l’étude de l’Irlande et de la diaspora irlandaise, et ce, grâce au calibre de notre corps professoral. »

Rhona Richman Kenneally Rhona Richman Kenneally, membre et cofondatrice de l’École des études irlandaises

Parallèlement, Michael Kenneally et son épouse Rhona Richman Kenneally – professeure de Concordia au Département de design et d’arts numériques, et membre et cofondatrice de l’École des études irlandaises, elle a joué un rôle majeur dans l’établissement de l’axe transdisciplinaire de l’école – ont récemment appris qu’ils allaient recevoir le prix 2019 du Presidential Distinguished Service Award for the Irish Abroad. Cette distinction leur sera remise en novembre par le président de l’Irlande, Michael D. Higgins.

Rhona Richman Kenneally est très fière de la transdisciplinarité dynamique qui caractérise les études irlandaises à Concordia. « Nos étudiants et étudiantes bénéficient d’excellentes occasions d’explorer la littérature, l’histoire, la langue et d’autres aspects de l’Irlande et de sa diaspora. Ils ont également la possibilité d’entreprendre des travaux fascinants, que ce soit dans le cadre de cours offerts conjointement avec d’autres départements ou de projets de synthèse indépendants, et ce, dans des domaines de recherche variés comme les études en interprétation, les études en matérialité, les environnements matériels, la recherche-création, la communication visuelle et la justice sociale. »

Pour célébrer son dixième anniversaire, l’école organisera trois activités spéciales :

  • Le 17 octobre : soirée de poésie irlandaise et choctaw avec Doireann Ní Ghríofa et LeAnne Howe
  • Le 24 octobre : conférence Suffer the Children: Irish Famine Orphans and the Churches in Montreal, 1847-1848
  • Le 13 novembre : conférence sur James Joyce, 'Little read by sane folk': Ulysses in Ireland

Les activités sont gratuites et ouvertes au public – ce qui est pertinent, étant donné les liens solides entre l’école et l’historique communauté irlandaise de Montréal.

« Les associations irlandaises locales ont énormément appuyé l’école en contribuant à un fonds de dotation de près de 7 millions de dollars. L’école n’existerait pas sans le partenariat tripartite entre Concordia, divers gouvernements et la communauté irlandaise de Montréal, qui a été présente et nous a soutenus dès nos débuts », conclut Mme Kenneally.



Back to top

© Université Concordia