Skip to main content

Une diplômée de Concordia fait un don planifié pour appuyer la nouvelle génération

Lorraine Gosselin espère que sa contribution facilitera la réussite des étudiants
9 septembre 2019
|
Par Emma Brayley

Lorraine Gosselin Pour Lorraine Gosselin, tout montant – petit ou grand – peut contribuer à enrichir le parcours universitaire d’un étudiant.

La relation de Lorraine Gosselin, B.A. 1997, avec Concordia s’étend sur plus de cinquante ans. Autrefois étudiante et aujourd’hui donatrice, elle laisse son empreinte sur son alma mater en faisant un don planifié à la prochaine génération.

« Concordia est une université formidable, car elle adapte ses règlements aux personnes de tous les âges qui doivent travailler pour gagner leur vie et veulent par ailleurs obtenir un diplôme universitaire, explique-t-elle. Je serai éternellement reconnaissante à Concordia de m’avoir donné la possibilité de réaliser mon rêve. »

Pour exprimer sa gratitude, la diplômée s’est engagée en 2013 à faire un don planifié à Concordia. L’année suivante, elle a doublé le montant de son appui initial. Quatre ans plus tard, elle a augmenté son apport en y ajoutant une bourse d’études et une bourse de subsistance : la bourse d’études Lorraine-Gosselin en physique, octroyée à un nouvel étudiant ou à une nouvelle étudiante aux cycles supérieurs et accordée en priorité aux femmes, et la bourse d’entrée Gosselin-et-Martin Parrainez un étudiant. Elle a décidé d’offrir cette aide supplémentaire parce qu’elle souhaitait voir l’impact de son soutien.

« Il est important de prendre l’habitude de donner, affirme Mme Gosselin. Toute contribution – quelle qu’en soit l’ampleur – peut changer la vie d’un étudiant ou d’une étudiante. »

Lorsque des bénéficiaires de ses bourses lui ont donné de leurs nouvelles – en personne ou par écrit – la donatrice a compris qu’elle leur fournissait bien plus que de l’aide financière. Son appui apportait aux étudiants l’encouragement nécessaire pour réussir, les aidait à obtenir un emploi et leur accordait même la possibilité d’étudier davantage, puisqu’ils n’avaient pas à travailler à temps partiel.

L’importance de donner

Lorraine Gosselin a longtemps réfléchi à l’importance que revêt l’accès à l’éducation. Après le décès de deux de ses grands-oncles qui n’avaient pas eu d’enfants, elle a compris que sa génération serait la dernière à perpétuer leur souvenir.

« Je me suis alors demandé : “Comment honorer mes grands-oncles et leur héritage?” C’est ainsi que j’ai décidé de créer à leurs alma mater des bourses d’études portant leurs noms », raconte-t-elle.

Ces bourses ont appuyé des membres de l’effectif étudiant tandis qu’ils poursuivaient leurs objectifs, tout en rendant hommage aux grands-oncles de Mme Gosselin. Elles ont aussi incité cette dernière à faire un don à sa propre alma mater.

Lorraine Gosselin, B.A. 1997 « Je serai éternellement reconnaissante à Concordia de m’avoir donné la possibilité de réaliser mon rêve », affirme Lorraine Gosselin.

La puissance des dons planifiés

En aidant les étudiants sur le plan financier, la diplômée a pu constater le soulagement que les bourses d’études leur procuraient. Elle espère que son don planifié à Concordia allégera le fardeau d’un plus grand nombre d’étudiants.

« Ce type de mécénat appuie la réalisation des neuf vecteurs stratégiques de Concordia, dont Aller plus loin, affirme Silvia Ugolini, directrice principale des dons planifiés à l’Université. Les legs permettent à la nouvelle génération d’étudiants et de chercheurs de réussir. Nous sommes infiniment reconnaissants à cette diplômée de son soutien continu à son alma mater. »

Réaliser un rêve de toujours

Depuis sa tendre enfance, Lorraine Gosselin a toujours voulu aller à l’université. Lorsqu’elle a déménagé à Montréal, dans les années 1970, elle s’est inscrite en physique à la Sir George Williams University, l’un des établissements fondateurs de Concordia. Elle travaillait et étudiait parallèlement.

Au départ, les cours du soir offerts à Concordia donnaient une flexibilité en adéquation parfaite avec les besoins de Mme Gosselin. Mais la carrière en TI qu’elle menait a ultérieurement requis toute son attention. Elle a donc décidé d’interrompre ses études.

Après avoir pris sa retraite en décembre 1992, Lorraine Gosselin disposait du temps et des capacités nécessaires pour poursuivre ses objectifs universitaires. Elle a obtenu son diplôme en études anglaises et création littéraire en 1997.

« Lorsque je suis revenue à l’Université, j’étais retraitée, explique-t-elle. Décrocher un diplôme en physique ne m’aurait guère servi qu’à pratiquer dans mon sous-sol. J’ai donc opté pour une autre de mes passions : l’écriture. »

Grâce à l’appui de Mme Gosselin, des étudiants de Concordia pourront eux aussi terminer la formation de leurs rêves. « Un petit montant peut vraiment changer les choses pour les étudiants et étudiantes, souligne-t-elle. Peu importe l’ampleur de votre apport financier, cherchez à le pérenniser. »



Back to top Back to top

© Université Concordia