Nouvelle structure de droits de scolarité pour les étudiants étrangers

En mars 2019, le gouvernement du Québec a annoncé qu’il modifiait les modalités de sa formule de financement visant les étudiants étrangers.

À compter du 1er septembre 2019, le gouvernement n’accordera plus de financement pour les étudiants étrangers qui s’inscrivent au premier cycle ou à la maîtrise professionnelle ou sans volet de recherche. Ceux-ci seront considérés comme « déréglementés ».

Les étudiants étrangers jouent un rôle essentiel dans la communauté de Concordia. Ils ajoutent à la diversité et à l’esprit d’innovation de l’Université, ils apportent une expérience et une perspective culturelles uniques en leur genre et ils rehaussent le profil et le rayonnement à l’échelle mondiale non seulement du Grand Montréal, mais du Québec tout entier.

Nous avons demandé à des étudiants potentiels vivant à l’étranger quels facteurs primaient au moment de choisir l’université qu’ils fréquenteraient. À la suite de cette consultation, Concordia met en œuvre une nouvelle structure de droits de scolarité qui entrera en vigueur à l’automne 2019. Soulignons d’entrée de jeu que cette structure ne s’appliquera ni aux étudiants actuels qui demeurent dans le même programme ni aux étudiants étrangers entreprenant une maîtrise de recherche ou un doctorat.

La nouvelle structure permettra aux étudiants étrangers pensant s’inscrire à un programme de premier cycle ou à une maîtrise professionnelle ou sans volet de recherche de prévoir le coût de leur cursus. Par ailleurs, elle continuera de favoriser l’accès aux études et donnera une meilleure idée de la valeur de nos diplômes comparativement à ceux des autres universités canadiennes.

Les revenus tirés aideront Concordia à réaliser sa mission d’enseignement, par exemple en augmentant son soutien aux étudiants étrangers au moyen de bourses d’études et de subsistance supplémentaires, d’une formation linguistique enrichie, d’occasions d’emploi plus nombreuses à l’Université ou encore d’une aide financière en cas d’urgence.

 

Foire aux questions

Retour en haut de page

© Université Concordia