Skip to main content
LATEST INFORMATION ABOUT COVID-19

READ MORE

"Not Yet"

a gathering on futurity, the in-between, and the city

24 - 25 September, 2020. 
 

Artwork by Sadie Gilker

The mode of futurity, that is, of becoming, is a condition of bodily existence (this is what evolution teaches us, if it teaches anything at all): it is also the life and existence of the city. 

- Elizabeth Grosz, Architecture from the Outside: Essays on Virtual and Real Space, 2001.
 

Since the arrival of the COVID-19 pandemic the experience of space and time have immeasurably shifted. Modes of communicating and interacting with others “in-between” real and virtual spaces has become the new norm. Social distancing measures ask us to consider more carefully and critically our spatial relations (and the privilege that comes with this), or the thresholds thereof, and the politics that come with (re)orienting and positioning ourselves in an inherently social world. In the context of COVID-19, how are the temporal and spatial affects of the “in-between” resonating with our research and creation practices in and with the city?

“not yet” is a curated platform for gathering and hosting performative works, manifestos/ statements/ narrations, and research creation projects that do not fit neatly into the current discourses and paradigms on urban futures, and from fields outside (but pertinent to) the study of the city and urbanism.

We draw inspiration from feminist scholar and philosopher Elizabeth Grosz, for whom “the space of the in-between is the locus for social, cultural, and natural transformations: it is not simply a convenient space for movements and realignments but in fact is the only place – the place around identities, between identities – where becoming, openness to futurity, outstrips the conversational impetus to retain cohesion and unity… the in-between defines the space of certain virtuality, a potential that always threatens to disrupt the operations of the identities that constitute it.” (2001)

Within the context of COVID-19 and the revolutionary work of Black Lives Matter, in what ways are ideas of futurity currently being circulated? In what ways can futurity ground us in the possible, point to unrealized desires and to that which we do not yet know, while living, working, creating, and socializing otherwise; in the virtual, in-between, and spaces of uncertainty?


Le mode de futurité, c’est-à-dire de devenir, est une condition de l’existence du corps (c’est ce que l’évolution nous enseigne… si elle enseigne quelque chose) : c’est aussi la vie et l’existence de la ville.

- Elizabeth Grosz, Architecture from the Outside. Essays on Virtual and Real Space, 2001.

Depuis le début de la pandémie de la COVID-19, l’expérience de l’espace et du temps a considérablement changé. Les modes de communication et d’interaction avec les autres, quelque chose d’un « entre-deux » entre les espaces réel et virtuel est devenus la nouvelle norme. Les mesures de distanciation sociale nous demandent de considérer de façon plus attentive et critique nos relations spatiales – et les privilèges qui viennent avec –, ou les seuils de celles-ci, ainsi que la politique qui accompagne notre (ré)orientation et notre positionnement dans un monde intrinsèquement social. Dans le contexte de la COVID-19, comment les affects temporels et spatiaux de l’« entre-deux » résonnent-ils avec nos pratiques en termes de recherche et de création dans et avec la ville ?

« not yet » est une plateforme organisée pour rassembler et accueillir des œuvres performatives, des manifestes/déclarations/narrations ainsi que des projets en recherche-création qui ne s’intègrent pas parfaitement dans les discours et paradigmes actuels concernant l’avenir urbain, et qui proviennent de domaines extérieurs à l’étude de la ville et de l’urbanisme – mais qui ne manquent pas de pertinence pour celle-ci.

Nous nous inspirons de la philosophe féministe Elizabeth Grosz, pour qui « l’espace de l’entre-deux constitue le lieu pour les transformations sociales, culturelles et naturelles : ce n’est pas simplement un espace commode pour les mouvements et les réalignements, mais en fait c’est le seul lieu – lieu autour des identités, entre les identités – où le devenir, l’ouverture vers la futurité dépasse l’élan conversationnel pour conserver la cohésion et l’unité… l’entre-deux définit l’espace d’une certaine virtualité, un potentiel qui toujours menace de perturber le fonctionnement des identités qui le constituent » (2001).

Dans le contexte de la COVID-19 et du travail révolutionnaire opéré par le mouvement Black Lives Matter, de quelle manière les idées liées à la futurité circulent-elles actuellement ? De quelles manières la futurité peut-elle nous enraciner dans le possible, révéler des désirs non réalisés ou que nous ne connaissons pas encore, tout en vivant, travaillant, créant et socialisant autrement : dans les espaces virtuels, entre-deux, de l’incertitude ?


resized-Ny7
Back to top Back to top

© Concordia University