Skip to main content
LATEST INFORMATION ABOUT COVID-19

READ MORE

"Not Yet"

Program

Artwork by Sadie Gilker

Not Yet Gathering Program

Thursday, 24 September, 2020

banquet des distancié.es et désire - a long table 
Thursday September 24th, 19h - 21h  

Since 2018, every fall the Institute for Urban Futures hosts a long table,  in the form of a banquet, that addresses a critical experience of the neoliberal urban environment. Our first banquet des réfuses took place on the street in front of Montreal’s Darling Foundry and focused on questions of publicness and public space in a rapidly gentrifying neighbourhood.  Our second banquet des précariots was hosted by Batiment 7 in the formerly working class neighbourhood of Point Saint Charles where we considered how social and economic precarity impact the manner in which we assemble our “presence” and envision our urban futures.

Within the era of COVID-19, social distancing measures prevent us from gathering in-person, yet now more than ever we are cleaved to sites in urban space, and sometimes even those of our own design. Our 2020 digital-virtual edition, banquet des distancié.es et désire, will focus on our collective yet isolated experiences of the global pandemic. Inspired by theories on spatializing practices put forth by Michel de Certeau (The Practice of Everyday Life, 1980), we invite our banquet guests to consider how “every story is a travel story—a spatial practice. For this reason, spatial practices concern everyday tactics, are part of them, from the alphabet of spatial indication (“It’s to the right,” “take a left”), the beginning of a story the rest of which is written by footsteps, to the daily “news” (“Guess who I met at the bakery”).” De Certeau distinguishes between place, which “implies an indication of stability” and space, which “occurs as the effect produced by the operations that orient it… to move through space is “to lack a place.”  What then, does it mean and how does it feel when we are fixed to a location and therefore find ourselves with too much place, where place and space merge indefinitely and “vectors of direction, velocities and time variables” have all been displaced? In this moment of “not yet” how have our individual desires to connect and share collective experiences in the city taken shape in this other “place/space?”

To participate in the banquet please rsvp and visit here for more about the long table and guidelines for engaging in this performative format. We look forward to hosting you and sharing a virtual meal... bring your own drink, dinner, salt and pepper shaker!

 

banquet des distancié·e·s et désirs – une longue table
Jeudi 24 septembre, de 19h à 21h

Chaque automne depuis 2018, l’Institute for Urban Futures organise, sous forme de banquet, une longue table qui aborde l’expérience critique de l’environnement urbain néolibéral. Notre premier banquet des refusés a eu lieu dans la rue, devant la Fonderie Darling de Montréal ; il portait sur le caractère public de l’espace dans un quartier en plein embourgeoisement. Notre deuxième banquet des précariats a été organisé sous l’égide du Bâtiment 7, dans l’ancien quartier ouvrier de Pointe-Saint-Charles ; nous y avons réfléchi à l’impact de la précarité sociale et économique sur la manière dont nous assemblons notre « présence » et imaginons nos futurs urbains.

À l’ère de la COVID-19, les mesures de distanciation sociale nous empêchent de nous réunir en personne, mais maintenant plus que jamais nous nous trouvons attaché·e·s à certains sites composant l’espace urbain, et parfois même à ceux que nous avons nous-mêmes créés. Notre édition numérique et virtuelle 2020, le banquet des distancié·e·s et désirs, portera sur nos expériences collectives mais isolées de la pandémie mondiale. Inspiré·e·s par les théories sur les pratiques de spatialisation avancées par Michel de Certeau (L’invention du quotidien, 1980), nous invitons nos convives à réfléchir en quoi « [t]out récit est un récit de voyage – une pratique de l’espace. À ce titre, il intéresse les tactiques quotidiennes, il en fait partie, depuis l’abécédaire de l’indication spatiale ("c’est à droite", "prenez à gauche"), amorce d’un récit dont les pas écrivent la suite, jusqu’aux "nouvelles" de chaque jour ("Devine qui j’ai rencontré chez le boulanger ?") ». De Certeau, en effet, établit une distinction entre le lieu, qui « implique une indication de stabilité », et l’espace, dont « l’effet [est] produit par les opérations qui l’orientent » ; se déplacer dans l’espace, « marcher, c’est manquer de lieu ». Qu’est-ce que cela signifie, alors, et que ressent-on lorsque nous sommes fixé·e·s à un point et que nous nous retrouvons avec trop de lieu – où lieu et espace se confondent indéfiniment et que « des vecteurs de direction, des quantités de vitesse et la variable de temps » ont été totalement déplacés ? En cette période de « pas encore », comment nos désirs individuels d’entrer en relation et de partager nos expériences collectives dans la ville se sont-ils concrétisés dans cet autre « lieu/espace » ?

Pour participer au banquet, veuillez svp confirmer votre présence, puis consulter les directives pour joindre la longue table sur Zoom sous cette forme performative. Nous avons hâte de vous accueillir et de partager un repas virtuel ; apportez votre breuvage, votre nourriture… ainsi que vos salière et poivrière !

Friday, 25 September, 2020

10h00-10h15      Welcome by Shauna Janssen
 

10h15-11h45      Geographies of Fear
                           With José Alavez, Sadie Gilker and Stefan Hodges
 

12h15-13h45      Est-ce que le show must go on? 
                           With Camille Gascon, Sylvain Lavoie and Emmanuelle Sirois

14h15-15h45      Virtuality as critical spatial practice 
                           With Sahar Alinezhad, Andrew Forster, Amanda Gutiérrez and Shauna Janssen 
 

16h15-17h45      “X”  - making our way 
                           With Lisa Ndejuru, Ramona Benveniste, Ursula Neuerburg   

19h00-21h00      Cabaret
                           With Miri Chekhanovich, Canon Cook, TL Cowan, Stephen Lawson, Violet Mays, Anne-Audrey Remarais, 
                           and Alex Tigchelaar  
                           https://concordia-ca.zoom.us/j/95839123806
                           Zoom Meeting ID: 958 3912 3806               
           

                          The Not Yet Cabaret is supported in part by funding from the Social Sciences and Humanities Research
                           Council, and The Cabaret Commons
                               


acabaretforthesetimes-2
Back to top Back to top

© Concordia University