Concordia University

https://www.concordia.ca/content/shared/en/news/finearts/2018/02/06/nouvelle-directrice-a-institut-des-avenirs-urbains.html

Nouvelle directrice à l'Institut des avenirs urbains

Shauna Janssen entrevoit un futur florissant pour cet institut urbain multidisciplinaire de Concordia
February 6, 2018
|
By Andy Murdoch

Shauna Janssen, professeure adjointe et nouvelle directrice de l'Institut des avenirs urbains. Shauna Janssen, professeure adjointe et nouvelle directrice de l'Institut des avenirs urbains.

« “À qui appartient la ville?” C’est une des grandes interrogations qui motivent tout mon travail », affirme Shauna Janssen, nouvelle directrice de l’Institut des avenirs urbains.

Professeure adjointe profitant d’une double affectation – soit au Département de théâtre et au Département de géographie, d’urbanisme et d’environnement –, Mme Janssen aura dorénavant pour tâche de rassembler les membres du corps professoral, les artistes, les chercheuses et chercheurs, ainsi que les étudiantes et étudiants aux cycles supérieurs de la scène montréalaise autour d’initiatives de recherche qui explorent la culture complexe des villes.

« L’institut joue un rôle unique et essentiel à Montréal », mentionne Mme Janssen.

« Il y a une place ici pour toute personne qui s’intéresse aux différents aspects des avenirs urbains – histoire des villes; engagement communautaire; politique spatiale du changement urbain; et initiatives de recherche-création dans les domaines des arts, de la culture, des médias, de la technologie, des affaires, de l’architecture et du design. »

« Ses manches sont retroussées depuis des années. »

Des étudiantes et étudiants en théâtre qui ont collaboré avec Mme Janssen à une initiative de création théâtrale situationnelle intitulée Hauntings (2017), inspirée de la transformation culturelle du quartier montréalais de Saint-Henri. Des étudiantes et étudiants en théâtre qui ont collaboré avec Mme Janssen à une initiative de création théâtrale situationnelle intitulée Hauntings (2017), inspirée de la transformation culturelle du quartier montréalais de Saint-Henri.

Selon Rebecca Duclos, doyenne de la Faculté des beaux-arts, l’expérience de Mme Janssen à titre de membre du groupe de travail du Centre d’études interdisciplinaires sur la société et la culture, qui a préparé le terrain destiné à accueillir l’Institut des avenirs urbains, en faisait la candidate idéale pour devenir première directrice de la nouvelle entité.

« Mme Janssen fait partie de l’institut depuis sa création. C’est LA personne à qui s’adresser quand il s’agit de savoir qui participe à des travaux de recherche axés sur le milieu urbain à l’Université. »

La nouvelle directrice a passé deux ans à bâtir une vaste communauté autour de l’institut. Pour ce faire, elle a interviewé des dizaines de personnes à l’intérieur comme à l’extérieur des murs de l’Université.

« Elle s’intéresse vivement au travail des autres, à leurs enseignements, et à leur engagement envers l’avenir de l’urbanité. Elle pose de bonnes questions… Des questions difficiles! Ce n’est pas une théoricienne de salon : ses manches sont retroussées depuis des années. »

Art critique interventionniste et recherche axée sur le lieu

Les travaux de Mme Janssen portent sur les formes d’expression émergentes et non planifiées en milieu bâti ainsi que sur le rôle critique que peut jouer la performance situationnelle dans le façonnement et l’encadrement de ces expériences.

« Mes recherches actuelles en urbanisme performatif sont mues par le respect d’une éthique envers l’art critique interventionniste et la recherche axée sur le lieu. Ces gestes dénoncent les inégalités urbaines systémiques fondées sur le genre, la race, la classe, la sexualité, la capacité et les identités intersectionnelles dans l’environnement bâti. »

La chercheuse a en outre fondé, en 2008, Urban Occupations Urbaines, une plateforme de recherche-création pour la mise sur pied de projets communautaires, publics, créatifs et critiques qui font écho à la trame spatiale du milieu bâti.

Pleins feux sur les quatre « A »

Des étudiants de Concordia lors du concours de design étudiant Wood At Work (2017). Des étudiants de Concordia lors du concours de design étudiant Wood At Work (2017).

Au cours de la dernière année, Paul Holmquist, gestionnaire de projets à l’institut, a poursuivi l’élaboration de la mission de l’institut en collaboration avec Rebecca Duclos. Ensemble, ils ont établi un groupe de travail sur les avenirs urbains, lequel a entrepris de définir les quatre « A » – activist (« militantes »), adaptative (« adaptatives »), affective (« affectives ») et amplicative (« multiplicatrices ») – chacun correspondant à un mode d’action caractérisant les activités qui ont lieu à l’institut.

L’Institut des avenirs urbains mise sur divers domaines de recherche – arts et culture; architecture; urbanisme et design; durabilité. D’ailleurs, pratiquement tous les champs de recherche et activités de l’institut s’alignent sur ces quatre axes simultanément.

Les efforts du groupe de travail ont mené à de nombreux partenariats fructueux : notamment avec Entremise, à l’occasion du symposium international Montréal Transitoire; avec Quo Vadis, pour la tenue d’un concours étudiant visant la construction d’une installation d’art public pour le projet de réaménagement urbain Legado, dans Griffintown; ainsi qu’avec Spherical, d’où proviennent les deux spécialistes du futurisme urbain David McConville et Dawn Danby, en résidence à Concordia cette année. L’Institut fait également la promotion des travaux de recherche axés sur le milieu urbain que mènent d’importants membres de l’organisme, comme Cynthia Hammond, Carmela Cucuzzella et Jill Didur, ainsi que d’autres chercheurs affiliés à l’Université.

Au cours de la prochaine année, Mme Janssen commencera à travailler au projet Montréal 2050. Elle entreprendra en outre une collaboration avec le prochain titulaire de la chaire d’excellence en recherche du Canada sur les collectivités et les villes intelligentes, durables et résilientes, à l’Université Concordia.

Durant son mandat à titre de directrice, elle entend multiplier la capacité de recherche de l’institut par l’entremise, de bourses, de partenariats et de collaborations entre l’Université et la communauté, ainsi que par le recrutement d’étudiants aux cycles supérieurs.

« C’est un honneur et un privilège de pouvoir assurer la direction de l’institut et poursuivre le travail amorcé par Rebecca Duclos et Paul Holmquist. Je suis impatiente à l’idée de tirer profit de toutes les capacités que peut offrir la communauté de Concordia. »



Back to top

© Concordia University