Skip to main content
Conferences & lectures

L’Atlas des Récits de vie Rwandais : Cartographier les récits pour mieux les écouter

Séance organisée conjointement avec le Centre d'Histoire Orale et de Récits Numérisés de l’Université de Concordia

DATE & TIME
Thursday, December 10, 2020
12 p.m. – 2 p.m.
SPEAKER(S)

Jean-Paul Nyilinkwaya, Sébastien Caquard, Élise Olmedo, Pauline Bourmaud, Matthieu Noucher, Lisa Ndejuru

COST

This event is free

Website

4TH SPACE

WHERE

Online

L’atlas des récits de vie d’exilés rwandais développé à l’université Concordia (Montréal) en collaboration avec l’université Carleton (Ottawa) combine deux approches cartographiques différentes et complémentaires : une approche artistique qui s’intéresse aux dimensions sensibles des récits et une approche technologique qui envisage la carte comme un moyen de naviguer au sein de ces récits. La combinaison de ces deux approches cartographiques originales permet de repenser la manière de mobiliser les cartes pour favoriser une écoute approfondie de ces récits, tout en les rendant plus accessibles à la communauté rwandaise et au public en général.

Cette séance fait partie du cycle de conférences « L’illusion cartographique » organisée conjointement par le Musée d’Aquitaine en partenariat avec le laboratoire Passages et l’Université Bordeaux Montaigne et réunira Jean-Paul Nyilinkwaya, Sébastien Caquard et Élise Olmedo. Ce cycle de conférences est proposé par Matthieu Noucher, chercheur au CNRS au sein du laboratoire Passages, à l’occasion de la sortie de l’Atlas Critique de la Guyane (CNRS Éditions).

La conférence sera animée par Pauline Bourmaud et Matthieu Noucher et aura lieu de 12h à 14h (Montréal)/ 18h à 20h (Bordeaux).

Comment pouvez-vous participer ? Inscrivez-vous à la réunion zoom ou regardez en direct sur notre Facebook.

Vous avez des questions ? Envoyez-les à info.4@concordia.ca.  


Programme 

- 12:00 à 12:10 (Montréal) / 18:00 à 18:10 (Bordeaux): Matthieu Noucher: Présentation du cycle de conférence et de l'atlas critique de la Guyane

- 12:10 à 12:20 (Montréal) / 18:10 à 18:20 (Bordeaux): Pauline Bourmaud: Présentation des intervenants et du thème de la conférence

- 12:20 à 12:30 (Montréal) / 18:20 à 18:30 (Bordeaux):  Jean-Paul Nyilinkwaya: Présentation de PAGE Rwanda et de son implication dans le projet Histoires de vie de Montréal

- 12:30 à 12:50 (Montréal) / 18:30 à 18:50 (Bordeaux): Sébastien Caquard: Atlas des Récits de vie Rwandais

- 12:50 à 13:10 (Montréal) / 18:50 à 19:10 (Bordeaux): Élise Olmedo: Cartographie sensible des récits de vie Rwandais

- 13:10 à 13:20 (Montréal) / 19:10 à 19:20 (Bordeaux): Lisa Ndejuru: Synthèse réflexive

- 13:20 à 14:00 (Montréal) / 19:20 à 20:00 (Bordeaux): Discussion avec le public


Conférenciers

Sébastien Caquard est professeur agrégé au département de géographie, urbanisme et environnement de l’université Concordia (Montréal). Il est le co-directeur du Centre d’Histoire Orale et de Récits Numérisés (CHORN) et le directeur du Geomedia Lab. Ses recherches se situent à l’intersection de la cartographie, des technologies numériques, des sciences sociales et des humanités. Il s’intéresse notamment à la manière dont les cartes peuvent nous aider à révéler nos relations intimes aux lieux à travers la cartographie des récits, avec un intérêt tout particulier pour la cartographie des récits de vie d’exilés Rwandais.

Élise Olmedo est chercheuse post-doctorale au département de géographie, urbanisme et environement à l'université Concordia. Financée par une bourse Banting, elle participe au projet sur la cartographie des histoires de vie des exilés rwandais à Montréal développé au sein du Geomedia Lab et du Centre d’Histoire Orale et de Récits Numérisés de l'université Concordia. Docteure en géographie de l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, son travail développe des méthodes mobilisant la cartographie sensible comme outil de recherche-création à la croisée de l'art et des sciences sociales. Ses recherches visent à rendre compte des espaces vécus dans une perspective processuelle, inclusive et critique.

Jean-Paul Nyilinkwaya est l’actuel président de l’Association des Parents et Amis des Victimes du Génocide commis contre les Tutsis du Rwanda en 1994 (PAGE-RWANDA), une organisation sans but lucratif de droit canadien fondée en Juin 1994. Jean-Paul en est membre depuis 1995, et a exercé plusieurs rôles au courant des 25 dernières années, notamment en tant que responsable du volet Justice.  Durant ce rôle Jean-Paul a pu apprécier l’importance du témoignage, ainsi que la fragilité de la mémoire humaine, d’ou son investissement dans la collecte de l’histoire orale des survivants du génocide. Durant ces dernières années, Jean-Paul et PAGE-RWANDA travaillent sur la mise sur pied d’un centre de recherche sur le génocide à Montréal, ou le témoignage et tous ces outils qui le rendent accessible seront la pierre angulaire.

Lisa Ndejuru est psychothérapeute, psychodramatiste et praticienne du théâtre. Sa pratique examine comment des stratégies de recherche-création transdisciplinaires et relationnelles peuvent ouvrir des voies vers le bien-être, l'émancipation et la recherche d'une voix dans un contexte postcolonial de génocide, de guerre, de violence organisée et d'exil. En tant que boursière postdoctorale 2020 Provost à la faculté d’information de l’Université de Toronto, elle travaillera avec la «collection Vansina» des contes rwandais Ibitekerezo.

Pauline Bourmaud Danto (Modératrice) est professeur agrégée d’histoire-géographie au lycée Mauriac à Bordeaux (France) depuis 2016. Elle a monté en 2018 un projet avec une classe de 1ère, sur l’année scolaire, intitulé «  1994, le génocide des Tutsi au Rwanda, un impensé de l’histoire scolaire », avec la participation de J.P. Chretien, ancien directeur de recherche au CNRS, Hélène Dumas, chercheuse au CNRS et Adelaïde Mukantabana, rescapée du génocide et fondatrice de l’association Cauri, en partenariat avec le Musée d’Aquitaine.

Matthieu Noucher (Modérateur) est géographe, chercheur au CNRS au laboratoire Passages à Bordeaux (France). Spécialiste des sciences de l'information géographique, ses recherches portent sur la dimension politique et sociale des usages de la cartographie et des technologies géomatiques. Il a coordonné avec Laurent Polidori, l'Atlas critique de la Guyane (CNRS Éditions, 2020), ouvrage collectif et pluridisciplinaire qui propose une critique des cartes (anciennes ou contemporaines) qui alimentent les idées reçues sur la Guyane et expose une série de cartes alternatives permettant de donner une pluralité de points de vue sur ce territoire complexe. En partenariat avec le Musée d'Aquitaine, il anime le cycle de conférences "L'illusion cartographique".


Back to top Back to top

© Concordia University