Concordia University

https://www.concordia.ca/content/shared/fr/actualites/central/communiques-de-presse/2018/01/16/nouvelle-recherche-les-temps-dattente-pour-les-soins-du-cancer-pourraient-etre-reduits-de-44.html

Communiqué de presse

NOUVELLE RECHERCHE : Les temps d’attente pour les soins du cancer pourraient être réduits de 44 %

Une collaboration entre Concordia et l’Hôpital général juif améliore le flux des centres de traitement oncologique

675233504 Lorsque sa mère a reçu un diagnostic de cancer, Nadia Bhuiyan a décidé d’appliquer son expérience en génie au flux de patients des centres de traitement.

Un mariage inattendu entre le génie industriel et l’acheminement des patients dans les cliniques de traitement du cancer a produit des résultats fascinants.

« Nous avons créé un algorithme et un logiciel d’ordonnancement qui ont permis de réduire les temps d’attente des patients », explique Nadia Bhuiyan, chercheuse au Département de génie mécanique, industriel et aérospatial de l’Université Concordia.

« Nous avons également diminué les interruptions à la pharmacie, ce qui a entraîné une baisse totale théorique des attentes moyennes de 44 %. »

Cette amélioration s’explique par une coordination accrue des différents groupes de professionnels – oncologues, pharmaciens, infirmières et membres de l’administration – pour faciliter un transfert plus complet d’information sur l’état des patients et les exigences en matière de traitement.

Le Journal of Oncology Practice a publié les résultats de la Pre Bhuiyan cet été dans un article corédigé avec le boursier postdoctoral Samuel Suss, le professeur de génie Kudret Demirli et l’oncologue de l’Hôpital général juif de Montréal Gerald Batist.

« Notre objectif était de réduire ou d’éliminer le besoin actuel de clarifications fréquentes du pharmacien avant qu’il ne prépare le médicament », précise la chercheuse, qui s’est jointe au Vice-rectorat exécutif aux affaires académiques de Concordia à titre de vice-rectrice exécutive adjointe aux partenariats et à l’apprentissage expérientiel en janvier 2017.

Quand la motivation croise l’innovation

Lorsque sa mère a reçu un diagnostic de cancer en 2012, Nadia Bhuiyan a d’abord été surprise de constater à quel point le processus d’acheminement de la clinique était rationalisé.

« Les délais d’attente étaient assez brefs, se souvient-elle, mais à mesure que le temps passait et que la demande augmentait, les choses ont changé, et ces délais se sont allongés. »

C’est alors que la chercheuse a eu l’idée d’appliquer son expérience en génie au problème en question, soit le flux des patients dans les centres de traitement.

« Le génie industriel consiste en grande partie à optimiser les processus et les systèmes. Le projet correspond beaucoup à ce que je fais », remarque-t-elle, ajoutant que sa mère est toujours vivante et bien portante.

Travaillant en étroite collaboration avec le Centre du cancer Segal de l’Hôpital général juif, l’équipe de la Pre Bhuiyan a eu recours à une cartographie de la chaîne de valeur du début à la fin du processus du centre, ainsi qu’à des études des temps et à une analyse statistique de chacune des étapes de la trajectoire des patients.

Modèles stochastiques et simulations cliniques

« Avec les données recueillies, nous avons conçu un modèle stochastique des opérations de la clinique afin de prendre en compte la variabilité de la trajectoire des patients et les temps de service à chaque étape du processus », explique Nadia Bhuiyan.

« Nous avons utilisé ce modèle pour une simulation d’événements discrets. Nous avons donc simulé des scénarios afin d’observer les effets d’une amélioration de la coordination des groupes de professionnels de la clinique et de l’ordonnancement des rendez-vous des patients. En outre, nous avons eu recours à la programmation par contraintes pour établir le calendrier de traitement optimal pour les patients. »

Des avantages multiples

L’amélioration du flux de patients dont rend compte Nadia Bhuiyan n’a exigé ni personnel supplémentaire ni perturbation des installations existantes. Ses recherches ont montré que le travail du personnel pouvait être réduit en éliminant la nécessité de gérer des calendriers de rendez-vous distincts pour les services d’oncologie et de chimiothérapie. Les temps d’attentes moins longs signifient également que les salles d’attente peuvent être plus petites.

« La coordination des processus comporte un grand potentiel d’amélioration de la qualité de la prestation et de réduction des coûts de fonctionnement, et non seulement dans cette clinique. Nos travaux sont en effet transférables à d’autres centres de soins de santé offrant des services comparables dans un environnement similaire », conclut la Nadia Bhuiyan.

Elle estime que le besoin est crucial, car un Canadien sur quatre mourra du cancer, selon le rapport statistique sur le cancer du gouvernement fédéral pour 2017.

Le directeur du Centre du cancer Segal, Gerald Batist, a exprimé « un enthousiasme et une reconnaissance immenses pour le travail de l’équipe de Concordia, qui contribue beaucoup à améliorer l’expérience des patients dans le labyrinthe complexe et parfois pénible des soins oncologiques ».

Le projet a été financé par Mitacs, un organisme subventionnaire fédéral qui vise à établir des partenariats entre le milieu universitaire, l’industrie et le monde « dans l’objectif de stimuler l’innovation au Canada ».

 

Consultez l’étude citée, Toward Implementing Patient Flow in a Cancer Treatment Center to Reduce Patient Waiting Time and Improve Efficiency.

 


Source




Back to top

© Université Concordia