Christophe Beaulieu


Quelle voie le microprogramme en didactique et linguistique a-t-il pavée pour vous?

Christophe Beaulieu

Le microprogramme m’a permis d’approfondir mes connaissances en didactique et en linguistique, en plus d’élargir mes horizons professionnels en m’exposant aux différents champs d’application de ces domaines. J’ai eu la chance de rencontrer des professeurs passionnés qui m’ont transféré des acquis inestimables quant à l’enseignement-apprentissage du français langue seconde. Puisqu’il s’agit d’un microprogramme de deuxième cycle, cela m’a également donné envie de poursuivre mes études supérieures en entamant une maîtrise individualisée en linguistique à l’Université Concordia. J’éprouve une grande reconnaissance face aux professeurs du microprogramme, qui ont su me transmettre leur passion pour la recherche et qui m’ont offert de judicieux conseils qui me servent au quotidien.

Qu'est-ce que vous valorisez le plus de votre passage dans ce microprogramme?

L’aspect que j’ai préféré du microprogramme est la proximité entre les professeurs et les étudiants, ce qui a favorisé l’échange de connaissances et d’opinions sur des sujets liés à la didactique et à la linguistique. Le fait que les étudiants avaient emprunté différents parcours professionnels ont rendu ces discussions particulièrement riches et intéressantes. De plus, les professeurs ont fait preuve d’une grande disponibilité pour répondre à d’éventuelles questions, ce qui peut s’avérer très rassurant pour une première expérience aux cycles supérieurs.

Quel conseil donneriez-vous à quelqu'un qui voudrait le suivre?

Un conseil que je donnerais aux futurs étudiants est de ne pas sous-estimer la charge de travail du microprogramme, puisque les cours sont de niveau maîtrise et demandent un certain niveau de planification et de rigueur. Cependant, comme je l’ai mentionné plus haut, les professeurs se sont montrés flexibles et réactifs à mes questions et préoccupations, m’offrant ainsi un appui constant tout au long de cette expérience qui fut extrêmement positive.

Back to top

© Concordia University