Skip to main content
DERNIÈRES MISES À JOUR EN LIEN AVEC LA COVID-19

EN SAVOIR PLUS

Concordia lance un nouveau programme de maîtrise en gestion technique

Cette initiative de collaboration entre l’École de gestion John-Molson et l’École de génie et d’informatique Gina-Cody allie l’expertise technique aux compétences en gestion Le 26 juin 2019
26 juin 2019
|
Par Suzanne Bowness

New-Grad-Student_20180802-Women-in-Engineering-063-768

Les ingénieures et ingénieurs qui aspirent à des postes de direction disposent désormais d’une option de perfectionnement des compétences dans ces deux domaines.

L’École de gestion John-Molson et l’École de génie et d’informatique Gina-Cody font équipe pour offrir un nouveau diplôme. Le programme de maîtrise en gestion technique aidera les ingénieurs à acquérir des compétences en gestion, et aux gestionnaires du domaine du génie, à peaufiner leurs connaissances techniques.

« Élaboré en consultation avec l’industrie, le nouveau programme jette un pont entre génie industriel et sciences de la gestion », explique Amir Asif, doyen de l’École de génie et d’informatique Gina-Cody.

« Il prépare les décideurs modernes en leur inculquant un savoir interdisciplinaire dans des champs d’études traditionnellement distincts : analyse de données; optimisation; logistique, prise de décision; gestion de projets de qualité; et ingénierie optimisée. »

Vice-doyenne aux programmes d’études supérieures et de perfectionnement professionnel de John-Molson, Sandra Betton explique que les étudiants qui évoluent dans chacune de ces disciplines participent déjà à un concours mixte d’étude de cas au premier cycle.

« À John-Molson, nous aimons les ingénieurs, affirme-t-elle. Qui plus est, il existe une affinité toute naturelle entre les domaines des deux écoles professionnelles de l’Université – le génie industriel et la gestion. »

Ali Akgunduz Ali Akgunduz

Vice-doyen aux programmes d’études et aux activités de premier cycle à Gina-Cody, Ali Akgunduz est d’avis que la création du programme de maîtrise en gestion technique constituait la prochaine étape logique.

« Nous discutons de cette collaboration depuis des années. Ce nouveau programme est l’occasion tout indiquée de resserrer les liens qui existent déjà entre les deux écoles », précise-t-il.

« Les étudiants formés en gestion peuvent y acquérir de bonnes notions de génie, alors que les ingénieurs y gagnent sur le plan des compétences en gestion. »

Un programme résolument novateur

Assorti d’un tronc commun en gestion, de cours de gestion au choix et de deux stages en fin de parcours, le programme prévoit 20 crédits en génie.

Les cours de génie industriel abordent tout un éventail de sujets, des systèmes de production au contrôle des stocks en passant par la fabrication optimisée. Parmi les thèmes couverts dans les cours du MBA, on compte l’analyse des pratiques managériales et la vérification financière pour la prise responsable de décisions.

« En plus d’apporter une formation rigoureuse en génie et en gestion, le programme mise sur des sujets pratiques, orientés sur l’industrie, des études de cas modernes et une expérience concrète axée sur la réalisation de projets », ajoute Amir Asif.

« Grâce à toutes ces caractéristiques, les diplômées et diplômés du programme sont en mesure de jouer des rôles stratégiques et opérationnels déterminants tout en tirant profit du savoir propre au génie et à la technologie pour transformer l’industrie et la société. C’est un programme résolument novateur, digne d’une université nouvelle génération. »

Sandra Betton Sandra Betton

Un tremplin idéal

Comme pour la plupart des programmes de MBA, ce nouveau parcours vise une clientèle d’étudiants qui possèdent déjà de deux à cinq ans d’expérience de travail — dans ce cas-ci, en génie.

« Il s’adresse aux personnes qui souhaitent approfondir leurs connaissances techniques et propres à l’industrie tout en acquérant des compétences générales en gestion », explique Sandra Betton.

Les deux stages obligatoires permettent aux étudiantes et étudiants de mettre en pratique leurs nouvelles compétences en situation réelle. Selon les deux vice-doyens, la plupart des stages auront lieu dans des entreprises spécialisées en génie et en aérospatiale ou encore, en finance et en soins de santé – des secteurs où les personnes possédant une expertise en gestion technique sont de plus en plus en demande.

« Ce programme constituera un tremplin idéal pour ceux et celles qui mènent une carrière en génie et souhaitent élargir leurs horizons professionnels », conclut Sandra Betton.


Apprenez-en davantage à propos de l’
École de génie et d’informatique Gina-Cody et de l’École de gestion John-Molson.



Back to top Back to top

© Université Concordia