Skip to main content
DERNIÈRES MISES À JOUR EN LIEN AVEC LA COVID-19

EN SAVOIR PLUS

Il est encore temps d’arrêter l’horloge climatique

Des chercheurs de l’Université Concordia ajoutent un an à leur compte à rebours du réchauffement planétaire
8 mars 2017
|
Par Gillian Nycum and Cléa Desjardins

Climate Clock co-developer Damon Matthews: “We have seen progress, but the 1.5 and 2°C thresholds are still approaching rapidly." « Il y a eu des progrès, mais nous approchons encore rapidement des seuils de 1,5 °C et de 2 °C », observe Damon Matthews, coconcepteur de l’horloge climatique.

Malgré les récents revers enregistrés dans la lutte contre le changement climatique, il y a quand même de quoi être optimiste : un nouveau calcul du temps qu’il reste avant d’atteindre un réchauffement planétaire de 1,5 °C et de 2 °C montre que les efforts déployés à l’échelle internationale pour réduire les émissions de gaz à effet de serre portent leurs fruits.

Ainsi, d’après les données relatives aux émissions de 2016, nous sommes parvenus à faire reculer de plus d’un an le moment où nous atteindrons ces seuils climatiques.

Cette bonne nouvelle a été prise en compte dans l’horloge climatique, un outil de visualisation conçu par des chercheurs de l’Université Concordia et du Human Impact Lab. L’horloge fait appel aux mégadonnées, à l’art, à la technologie et à l’interactivité pour faire entrer le facteur temps dans le débat sur le changement climatique.

Pour indiquer les progrès réalisés depuis l’année de la mise en service de l’horloge climatique, l’Union des étudiants et étudiantes de Concordia la projettera sur un immeuble du campus Sir-Georges-Williams, du 10 au 19 mars. Cet événement coïncidera avec une réunion du conseil d’administration de l’organisme Future Earth et la tenue, le 18 mars, d’une table ronde, ouverte au public.

« Chaque année, un groupe d’éminents climatologues du monde entier examinent les dernières données, et nous réglons l’horloge climatique en conséquence », explique Damon Matthews, coconcepteur de l’horloge.

« Il y a eu des progrès cette année : le compte à rebours a été retardé, mais nous approchons encore rapidement des seuils de 1,5 °C et de 2 °C », ajoute-t-il.

Damon Matthews est chercheur et professeur de géographie, d’urbanisme et d’environnement à la Faculté des arts et des sciences. Il prévient que même en tenant compte des progrès récents, nous ne sommes qu’à 16 ans du seuil de 1,5 °C.

« La limite supérieure du réchauffement planétaire acceptable dont nous avons convenu dans l’Accord de Paris est de 2 °C, un seuil que nous atteindrons dans moins de 30 ans », rappelle-t-il.

The Climate Clock

« Nous ne mesurons pas notre vie en degrés »

David Usher, coconcepteur de l’horloge climatique et directeur de création du Human Impact Lab, abonde dans le même sens.

« Il y a une pression croissante pour remettre en question la nécessité de la lutte aux changements climatiques, déplore le célèbre chanteur canadien. Il est donc plus important que jamais de revoir et de renforcer le discours sur l’un des principaux défis que notre génération doit relever ».

« Le monde s’est engagé à faire en sorte que le réchauffement planétaire ne dépasse pas 2 °C pour éviter que le phénomène soit irréversible et puisse causer des catastrophes naturelles, poursuit-il. Malheureusement, la population a du mal à appréhender les conséquences que, selon les mégadonnées, ce phénomène aura pour nous et pour nos enfants. »

David Usher soutient que l’usage du temps pour représenter le changement climatique donne au concept un caractère plus concret.

« Après tout, nous ne mesurons pas nos vies en degrés, mais en années », conclut-il.

Du 10 au 19 mars, l’horloge climatique sera projetée, du coucher du soleil jusqu’à 23 h, sur un immeuble du boulevard De Maisonneuve Ouest, entre les rues Guy et Mackay.

Le 18 mars, l’Union des étudiants et étudiantes de Concordia organisera une table ronde sur l’élaboration de nouveaux récits pour parler du changement climatique. Elle aura lieu de 18 h à 20 h dans l’auditorium des diplômés de Concordia (salle H-110 du pavillon Henry-F.-Hall, au 1455, boulevard De Maisonneuve Ouest).

Liens connexes



Back to top Back to top

© Université Concordia