Skip to main content
DERNIÈRES MISES À JOUR EN LIEN AVEC LA COVID-19

EN SAVOIR PLUS

Lutte pour la justice sociale

Pour Philippe Boucher, bénéficiaire de la bourse de subsistance commémorative F.-P.-Higgins, le savoir culturel est une responsabilité personnelle
8 juin 2020
|
Par Ursula Leonowicz, B.A. 1997

Philippe Boucher « Je ne sais pas exactement ce que je veux faire, sinon que je souhaite défendre la justice sociale. »

En tant qu’étudiant non autochtone inscrit à un programme de 1er cycle en études des peuples autochtones à à l’Université Concordia, Philippe Boucher est conscient qu’il est un « étranger ».

« Je suis à Concordia pour étudier en nouant des amitiés et des partenariats, ce qui est essentiel à mes yeux, explique Philippe Boucher. La justice sociale m’est devenue importante quand j’ai commencé à découvrir l’histoire des peuples autochtones du Canada et des pensionnats. J’ai réalisé qu’il y avait beaucoup de choses que j’ignorais et que j’avais la responsabilité de savoir; alors j’ai décidé d’en apprendre davantage et de partager ces connaissances. »

Même si l’étudiant a grandi à L’Île-Bizard dans un milieu principalement francophone, il a choisi de suivre sa formation à Concordia. En plus d’améliorer son anglais avec l’aide de ses professeurs, Philippe Boucher – qui est récemment revenu d’un échange en Finlande – a également étudié l’inuktitut à l’Université en vue de se préparer à travailler dans le nord du Labrador.

À titre de bénéficiaire de la bourse de subsistance commémorative F.-P.-Higgins, il est reconnaissant de ce soutien qui lui a donné un peu plus de stabilité.

« Cette bourse me permet de prendre des décisions qui ne se basent pas uniquement sur les finances, mais aussi sur ce que je veux vraiment faire. Elle allège mes contraintes financières, ce qui, dans un sens, me donne plus de liberté. »

Membre actif de la communauté

Philippe Boucher s’implique depuis plusieurs années dans la communauté autochtone de Montréal. Il a également travaillé dans une communauté du Nunavik, dans le nord du Québec, ainsi que dans le nord du Labrador durant les deux derniers étés.

De plus, l’étudiant s’implique énormément à l’Université : il a été coprésident de l’Association des membres du programme d’études des peuples autochtones, et a apporté son soutien dans le cadre de la semaine First Voices et de StartUP Nations. Il a par ailleurs été choisi pour être un ambassadeur Spark! de l’engagement étudiant par le conseil de la vie étudiante de Concordia.

Pour ses efforts, Philippe Boucher a reçu la Médaille du Lieutenant-gouverneur pour la jeunesse en 2020. Ce prix prestigieux souligne l’engagement et la détermination de Québécoises et de Québécois qui exercent un impact positif sur leur communauté.

Philippe Boucher, qui se voit un jour devenir chercheur, aimerait en outre s’impliquer dans le milieu carcéral « pour que le soutien y devienne un aspect plus important », indique-t-il.

« Je ne sais pas exactement ce que je veux faire, sinon que je souhaite défendre la justice sociale. »



Back to top Back to top

© Université Concordia