Concordia University

http://www.concordia.ca/content/concordia/en/finearts/facilities/galerie-fofa/a-venir.html

Expositions et événements à venir


Lo que sabíamos pero no pudimos decir
Tout ce qu’on savait mais que nous ne pouvions pas exprimer

Du 10 septembre au 19 octobre 2018
Tout ce qu’on savait mais que nous ne pouvions pas exprimer
L’exposition Tout ce qu’on savait mais que nous ne pouvions pas exprimer s’articule autour d’un sens commun de la proximité et du désir d’entrer en relation, tout en reconnaissant les barrières qui souvent font obstacle à la communion. Cette exposition est le résultat d’un stage international d’un an en commissariat – entre la Galerie FOFA et SOMA México – qui visait à favoriser les échanges culturels entre Mexico et Montréal. À la suite de diverses rencontres et réunions avec des artistes contemporains à Mexico, la commissaire Ellen Belshaw a élaboré les prémisses théoriques de l’exposition à Montréal. Les cinq artistes choisis (Marcela Armas, Daniel Monroy Cuevas, Lorena Mal, Armando Rosales et Rogelio Sosa) ont tous créé des œuvres qui interpellent directement l’observateur afin de mettre en lumière un lien – ou son absence – par des moyens touchant à la fois les sphères personnelle, politique et sensorielle.
Tout ce qu’on savait mais que nous ne pouvions pas exprimer

Table ronde

12 septembre 2018, 18h à 20h

Panélistes : Marcela Armas, Lorena Mal, Daniel Monroy Cuevas, Armando Rosales et Rogelio Sosa, artistes; Ellen Belshaw, commissaire — Animatrice : Nuria Carton de Grammont, Ph. D.

Table ronde
En marge de l’exposition Tout ce qu’on savait mais que nous ne pouvions pas exprimer qui se tiendra à la Galerie FOFA, la commissaire Ellen Belshaw et l’historienne de l’art Nuria Carton de Grammont participeront à une table ronde réunissant cinq artistes de Mexico dont les œuvres figurent dans la présentation. Pour mieux aborder le thème de celle-ci, la conversation s’articulera autour de la question suivante : comment entrons-nous en interaction et que se passe-t-il lorsque nous n’y parvenons pas? Creusant le sujet, les panélistes discuteront de leur interprétation des prémisses de l’exposition, de leur expérience dans la création d’œuvres contextuelles à cette occasion ainsi que de leurs champs d’intérêt en matière d’art et de recherche.
Table ronde

RELAY
L’Institute of Everyday Life

Du 5 novembre au 14 décembre 2018
RELAY
L’Institute of Everyday Life (IEL) est un laboratoire montréalais qui considère le quotidien comme un espace de création et de présentation d’œuvres et de recherches. Depuis huit ans, les artistes et chercheurs de l’IEL travaillent au projet Hybrid Bodies (« corps hybrides »). Celui-ci prend la forme d’une collaboration interdisciplinaire qui aborde les concepts de parenté, de transformation et de transfert dans le contexte de la greffe d’organe. Dans cette exposition, les artistes Ingrid Bachmann, Dana Dal Bo, Emily Jan et Elliott Rajnovic présenteront leurs recherches générales et leurs processus de travail en installant des studios temporaires et performatifs dans les vitrines du corridor York.
RELAY

تکلیف: انگاره‌های زنانه

Taklif: Ideas of Femininity

Du 5 novembre au 14 décembre 2018
Taklif: Ideas of Femininity
L’exposition Taklif: Ideas of Femininity (« concepts de la féminité ») gravite autour de nos expériences féminines quotidiennes, dont émane une collection de récits oraux, de créations littéraires et de documents d’archives. Grâce à ces souvenirs concrets, Taklif: تکلیف explore différents processus de constitution d’un savoir fondamental dans le domaine des études féministes marginales. L’exposition qui nous réunit explore le thème d’une expérience collective, appelée Jashn-e-Taklif (« cérémonie du devoir »). Elle incarne nos souvenirs éclectiques des récits personnels qui peuplent ces espaces dialogiques intimes associés à la camaraderie et à la féminité.
Taklif: تکلیف

Fall Fell Felt
Anna Hawkins

Du 5 novembre au 14 décembre 2018
Fall Fell Felt
Fall Fell Felt (« tomber, au présent et au passer ») procède de l’examen de bêtisiers. Genre fort populaire, ces vidéos « ratées » diffusées sur Internet font la part belle aux cascades involontaires et à d’autres faux pas captés par caméra. La démarche créative d’Anna Hawkins s’articule autour d’un volet extrêmement populaire actuellement : les prétendues « gaffes de filles ». L’œuvre évalue la capacité de telles scènes à susciter l’empathie. Parallèlement, elle analyse l’utilisation du corps féminin dans l’histoire des images animées, et ce, afin de provoquer une réaction viscérale et physique chez le spectateur.
Anna Hawkins

Objects of Resistance
Janina Anderson, avec l’aide de Rebecca Munce

Du 5 novembre au 14 décembre 2018
Objects of Resistance
Objects of Resistance (« objets de résistance ») est une installation réalisée durant la marche des femmes de 2017 en tant que performance publique et interactive. Au moyen de machines à coudre, les gros titres de journaux annonçant l’investiture de Donald Trump sont « censurés » avec du fil. Ces journaux locaux, nationaux et internationaux ont été donnés afin de permettre à des amis, à des collègues et à des passants d’utiliser la machine à coudre – certains pour la première fois – afin de transformer leur frustration, leur colère et leur douleur en objets de protestation, de solidarité et de résistance.
Objects of Resistance
Back to top

© Concordia University