Concordia University

http://www.concordia.ca/content/concordia/en/finearts/art-history/programs/graduate/art-history-phd/seminars/archives/2012-2013/har-7005.html

June 26: Power failure affecting all buildings on the Loyola campus

READ MORE

HAR 7005 - Problématisation du contexte artistique

J-13:00-16:00
C-2151 Pavillion Lionel-Groulx, U de M
INSTRUCTOR: SUZANNE PAQUET

Bien des pratiques artistiques proposent aujourd'hui une double position ou un double accès : des interventions dans l'espace urbain (art relationnel, pratiques furtives, art éphémère in situ) sont prolongées ou trouvent une représentation qui leur est symétrique dans le cyberespace. Des artistes utilisent par ailleurs le web et ses outils (générateurs d'images, moteurs de recherche, instruments de géo-localisation et médias sociaux) comme leurs terrains d'investigation, alors que dans ce même web, qui facilite grandement la monstration et la propagation des oeuvres en tous genres, les photographes amateurs trouvent une tribune, un véritable espace public pour montrer leur production d'images qui, parfois, bien qu'elle soit de l'ordre de ce que l'on appelle la "culture populaire", s'avère être très proche, dans son apparence ou dans son contenu, de l'art des professionnels. Le moyen terme qui rapproche toutes ces pratiques, ou qui semble lier art d'élite et "goût barbare", est l'aspectparticipatif. En effet, les artistes pratiquant l'art urbain revendiquent une fonctionnalité renouvelée, un engagement social, démocratique et écologique de l'art alors qu'autour des pratiques d'amateurs, qui ont le web pour point d'ancrage, se développent des communautés au sein desquelles les échanges et la communication sont de première importance. Ainsi, on ne peut plus penser l'espace public que dans une dualité, voire une multiplicité : possiblement physique et situé, mais aussi circulatoire et en réseaux; des formes qui s'amalgament et se répondent, qui doivent être mises en tension et examinées en réciprocité.

Au cours de ce séminaire, nous tenterons de vérifier les enjeux soulevés par tous ces croisements - espace urbain et cyberespace, art de pointe et pratiques d'amateurs, interconnexions et surveillance, etc. - vraisemblablement significatifs d'un changement de régime artistique ou, à tout le moins, culturel. Le pragmatisme et la théorie de l'acteur-réseau, qui engagent à suivre les acteurs et les choses qu'ils mettent en mouvement, ou qui les mettent en mouvement, constitueront des appuis théoriques appropriés aux travaux de ce séminaire. Selon ces théories (qui sont des "théories de l'enquête"), la société se conçoit comme processus, comme étant en recomposition constante à mesure des actions, des interactions et destransactions, pour reprendre le terme de John Dewey. L'espace, du moins dans sa dimension proprement humaine, se conçoit de même : il ne préexiste pas à l'action, mais se produit par elle, par les pratiques et les connexions que celles-ci génèrent.

Bibliographie indicative
BISCHOP, Claire (2006). Participation, Cambridge : MIT Press et Londres : Whitechapel  Gallery.
BORASI, Giovanna et Mirko ZARDINI (dir.) (2008). Actions : Comment s'approprier la ville, Montréal : Centre canadien d'architecture.
CASTELLS, Manuel (2012). Networks of Outrage and Hope : Social Movements in the 
  Internet Age. Cambridge : Polity.
DEWEY, John (2010). Le public et ses problèmes, Paris : Gallimard "Folio".
FRIELING, Rudolf (dir.) (2008). The Art of Participation. 1950 to Now. San Francisco : San 
  Francisco Museum of Modern Art.
LATOUR, Bruno (2006). Changer de société, refaire de la sociologie, Paris : La découverte.
SHUSTERMAN, Richard (1992). L'art à l'état vif. La pensée pragmatiste et l'esthétique 
  populaire, Paris : Minuit.
VARNELIS, Kazys (dir.) (2008). Networked Publics. Cambridge : MIT Press.
ZASK, Joëlle (2011), Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation, 
  Paris : Le bord de l'eau.

Back to top

© Concordia University