Concordia University

http://www.concordia.ca/content/concordia/en/finearts/art-history/programs/graduate/art-history-phd/seminars/2017-18-phd-seminars/har-9201---block-a---integrative-seminar---art-history-and-its-m.html

HAR 9201 (UQÀM) Bloc A - Automne 2018 partie 1 de 2: séminaire intégrateur: Écritures et horizons de l'histoire de l'art

Note : il est obligatoire de suivre les deux parties du séminaire dans la même année académique.

Horaire :
Mardi 14h00-17h00

Inscription :
Automne 2018 : Étudiant.e.s de l’UQAM, à votre département, les autres étudiant.e.s, via CREPUQ
Hiver 2019 : Étudiant.e.s de l’UQAM, à votre département, les autres étudiant.e.s, via CREPUQ

Lieu :
Automne 2017 : UQAM, Pavillon des sciences de la gestion, R-4240
Hiver 2018 : UQAM, Pavillon des sciences de la gestion, R-4240 

Professeur:
Dominic Hardy

 

Le programme proposé pour le séminaire intégrateur en 2018-2019 s’inscrit en continuité avec les programmes des années précédentes. Ses objectifs premiers demeurent « l’intégration des nouvelles étudiantes et des nouveaux étudiants au sein du programme doctoral et le développement de leur projet de recherche principal ».

La thématique globale proposée pour l’année à venir est construite autour des écritures et horizons de l’histoire de l’art. Elle incite une réflexion sur des vecteurs métahistoriques qui contribuent à nos travaux, ou qui peuvent, du moins, avoir un impact sur les directions que vont prendre ceux-ci. 

Cette perspective est adoptée afin de permettre d’ouvrir dans un premier temps sur une série de textes (touchant à des démarches conceptuelles et méthodes de travail en histoire de l’art) qui sont à l’image des approches plurielles qui traversent la discipline (jusqu’à l’indiscipliner parfois). On voudra en effet envisager l’histoire de l’art en tant qu’un ensemble de récits parmi lesquels la thèse doctorale prend sa place ; thèse qui est l’horizon de nos travaux du point de vue de notre ancrage dans des traditions plus ou moins anciennes (ou encore de la distance que nous prenons vis-à-vis de ces traditions), traditions qui s’étudient et se décrivent à partir d’une articulation entre structures et stratégies narratives, philosophies de l’histoire et la motivation fondamentale que nous attribuons à la définition de nos parcours de recherche. La thèse devient un lieu d’affiliation complexe : avec les historiennes et historiens de l’art qui nous précèdent, avec les communautés de recherche auxquelles on s’identifie, aux structures langagières et visuelles à partir desquelles, dans toute leur historicité, nous avons à imaginer le parcours de la thèse doctorale.  

Pour effectuer ce trajet, le séminaire privilégiera le croisement des préoccupations de recherche des participant.e.s avec deux axes d’interrogation: le premier, consacré à la formation des structures narratives que nous utilisons en histoire de l’art, s’articulant au deuxième, qui nous permettra de nous intéresser aux mutations que connaît la discipline sous l’impulsion de certaines démarches interdisciplinaires (ou même indisciplinaires) qui peuvent avoir des effets épistémologiques remarquables.

Bibliographie préléminaire 

Michael Baxandall, Formes de l’Intention. Sur l’explication historique des tableaux, trad. Catherine Fraixe, Nïmes, Éditions Jacqueline Chambon, 1991 (1985).

Stefan Berger et Chris Lorenz (sous la dir.), The Contexted Nation. Ethnicity, Class, Religion and Gender in National Histories, Basingstoke (Royaume-Uni) et New York, Palgrave Macmillan, 2008 

Jonathan Crary, Suspensions of perception. Attention, Spectacle and Modern Culture, Cambridge (Etats-Unis) et Londres, MIT Press, 2001 (1999).  

Whitney Davis, « Winckelmann divided : mourning the death of art history », Donald Preziosi (sous la dir.), The Art of Art History, Oxford et New York, Oxford University Press, 1998, p. 40-51.

Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 2007 [1975]. 

Georges Didi-Huberman, L’image survivante. Histoire de l’art et temps des fantômes selon Aby Warburg, Paris, Éditions de minuit, 2002. 

Monika Kin Gagnon et Richard Fung (sous la dir.), Territoires et trajectoires. 14 dialogues sur l’art et les constructions raciales, culturelles et identitaires, Montréal, Éditions Artextes/Prendre Parole, 2006, p. 133-150. 

François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil, coll. La librairie du XXIe siècle, 2003. 

Kristina Huneault et Janice Anderson, Rethinking Professionalism. Women and Art in Canada 1850-1970, Montréal, McGill-Queens University Press, 2012. 

Nicolai Koposov, De l’imagination historique, Paris, Éditions de l’EHESS, 2009. 

Johanne Lamoureux, « Seeing through art history. Showing scars of legibilty », dans Donald Preziosi, In the Aftermath of Art. Ethics, Aesthetics, Politics, Londres et New York, Routledge, p. 131-154 . 

Martha Langford (sous la dir.), Narratives unfolding. National histories in an unfinished world, Montréal et Kingston, McGill-Queens University Press, 2017, 454 p. 

Richard Leeman (sous la dir.), Histoire et historiographie : l’art du second XXe siècle, Nanterre, Centre Pierre Francastel, 2008. p. 191-215. 

Neil McWilliam, Constance Moréteau et Johanne Lamoureux (sous la dir.), Histoires sociales de l’art. Une anthologie critique (2 vols), Paris, Les presses du réel/INHA, 2016. 

Eric Michaud, « L’image, matrice de l’histoire », L’histoire de l’art. Une discipline à ses frontières, Paris, Hazan, 2005. 

W.J.T. Mitchell, Que veulent les images? Une critique de la culture visuelle, Paris, Presses du réel, 2014 [2004]. 

Krystof Pomian, Sur l’histoire, Paris, Gallimard, coll. Folio histoire, 1999. 

Alex Potts, Flesh and the Ideal. Winckelmann and the Origins of Art History, New Haven et Londres, Yale University Press, 1994. 

Donald Preziosi (sous la dir.), The Art of Art History : A Critical Anthology, Oxford et New York, Oxford University Press, 2009, 624p. 

Paul Ricoeur, Temps et récit (3 vols.), Paris, Éditions du Seuil, coll. Points, s.d. [1983-1985]. 

Hayden White, Metahistory. The historical imagination in nineteenth-century Europe, Baltimore et Londres, Johns Hopkins University Press, 1973.

Back to top

© Concordia University